Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Bienvenue Parmi Nous, le 16 octobre 2012 en DVD **

 

Bienvenue Parmi Nous, le 16 octobre 2012 en DVD ***

Bienvenue Parmi Nous de Jean Becker

Synopsis


Malgré sa renommée, Taillandier, la soixantaine, a brusquement cessé de peindre. En pleine déprime, il décide de partir de chez lui, sans but précis et sans donner d'explication à ses proches. Au cours de son périple, il fait l'étrange rencontre d'une adolescente égarée, Marylou, que sa mère a rejetée. La gamine perdue et l'homme au bout du rouleau feront un bout de chemin ensemble. Finalement, vivant tels un père et sa fille, dans la quiétude d'une maison de location, ils se feront « la courte échelle » et retrouveront un nouveau sens à leur vie.

L'Avis de Thibault

Pour son neuvième film, Jean Becker porte à l'écran un roman d'Eric Holder et en assure l'adaptation avec les romanciers François d'Epenoux et Marie-Sabine Roger, l'auteur du livre La Tête en friche. Ce n'est pas la première fois qu' Eric Holder est adapté au cinéma. En effet, L'Homme de chevet avec le couple Christopher Lambert et Sophie Marceau et Mademoiselle Chambon qui réunit Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain, sont tous deux des adaptations du célèbre auteur.

Jean Becker nous conte l'histoire d'un vieux peintre blasé et dépressif, qui va se faire la belle avec une adolescente plutot naturelle qu'intellectuelle....Une complicité nait, improbable et fraiche...

Depuis déjà quelques années Jean Becker s'est fait une spécialité du film populaire où est souvent mis en avant l'amitié et les aléas de la vieillesse. Avec Bienvenue parmi nous, on est loin de La tête en friche, Les enfants du marais ou d'un autre film ayant fait sa réputation. Une histoire qui fleure bon les années 80.

Bienvenue parmi nous reprend ainsi ses thèmes de prédilection que sont l'amitié, l'art ou la rencontre entre les générations. C'est d'amour filial qu'il est ici question : Marylou n'a pas de père et Taillandier des grands enfants. Les deux s'enrichissent mutuellement : l'ado se construit affectivement (et intellectuellement aussi), quand l'artiste sclérosé renaît à son contact vivifiant en retrouvant envie et inspiration. Chacun fait un pas vers l'autre, pour se comprendre, les codes et le langage sont différents, et puis pour apprendre. Mais la rencontre n'échappe pas au déjà vu et une prévisibilité regrettable. Le réalisateur ne réussit pas à insuffler le petit truc en plus qui faisait des Enfants du marais, un chef d'oeuvre. Il ne se passe pas grand chose sur les plages du grand large de l'Île d'Oléron.

Peut-être pas assez travaillé, le scénario est tissé de fils blancs mélodramatiques faciles. Ce qui nous explose au visage ce sont surtout tous les clichés possibles sur les différences générationnelles. Convenu et sans surprise. Un peu plus de profondeur dans les dialogues et dans l'évolution des personnages aurait été un plus. On aurait pu éviter la scène de la boîte de nuit avec la bagarre sur la plage qui s'en suit et la fin aurait pu être moins lourdement amenée. De plus, la musique de Michel Polnareff Goodbye Marylou ne fait qu'alourdir le propos.

On ne peut s'empêcher de noter au passage des familiarités avec ses films précédents : Taillandier est peintre comme Dupinceau dans Dialogue avec mon jardinier, il est mal dans sa peau comme dans Deux Jours à tuer. Sans oublier le moment où Marylou regarde à la télévision L'Eté meurtrier, un douloureux passage où « Elle » tente de communiquer avec sa mère battue et ne peut que l'étreindre : prémonitoire du drame qui va bientôt concerner la jeune fille...

Patrick Chesnais est juste époustouflant dans ce rôle pas facile à défendre. Il joue avec jubilation sur ses trois registres habituels : taciturne, bougon mais aussi léger. Il nous donne une leçon de naturel, de justesse de ton et qui tutoie des sommets d'art dramatique. Puisse le cinéma français faire davantage appel à cet acteur effacé qui égale les plus grands.  Pour incarner Marylou, l'adolescente qui se lie d'amitié avec Taillandier, c'est Jeanne Lambert, fille de Jean-Yves Lafesse qui a été choisi. Malheuresement, elle joue épouvantablement mal. Elle en fait un peu trop... Elle est difficilement crédible. On retrouve dans le film Miou-Miou et Jacques Weber en seconds rôles. Au mois de juin 2012, ces deux grandes personnalités du cinéma français peuvent également être vues dans Quand je serai petit et Arrête de pleurer Pénélope.

Finalement déçu surtout après être resté scotché par Deux jours à tuer....Avec son dernier film Jean Becker râte le coche avec ce téléfilm du samedi soir sur France 3.

Fiche Technique

Genre : Drame

Nationalité : Française

Réalisation : Jean Becker

Interprètes : Patrick Chesnais, Jeanne Lambert, Miou-Miou, Jacques Weber, Xavier Gallais, Raphaeline Goupilleau, Didier Bénureau, Urbain Cancelier, Ludovic Berthillot, Marc Fayet, Marie-Sophie Ferdane et Thomas Seraphine

Durée : 90 minutes

Année de production : 2011

Attachés de presse : Dominique Segall et Laurence Falleur

Date de sortie : 13 juin 2012

Vous devriez aussi aimer : Dialogue avec mon jardinier, Sans queue ni tête ...
 
  


21/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres