Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Mensch, le 9 décembre au cinéma ***



Mensch de Steve Suissa

Synopsis


A 35 ans, Sam est un casseur de coffres hors pair. Entre la garde de son petit garçon qu'il élève seul, son grand-père qui rêverait de le voir rejoindre l'entreprise familiale, sa petite amie qui se lasse de ses mensonges, il essaie désespérément de devenir un Mensch, un homme bien.

L'avis de Thibault

Le nouveau film de Steve Suissa, Mensch sort vainqueur du Festival de film de Sarlat en y raflant le Grand prix de la ville de Sarlat, ainsi que le Prix du meilleur scénario.

Deux patriarches, l'un ashkenase, l'autre séfarade qu'un drame et une haine tenace ont séparés il y a plus de 30 ans vont devoir renouer ensemble parce que Sam, perceur de coffres invétéré, le petit-fils du premier, un épicier casher en gros prospère et honorable, va accepter la bonne affaire de trop pour le compte du second, membre important du Milieu. On assiste donc aux tourments dont est victime le héros, déchiré entre son amour pour son fils et sa volonté de s'affranchir de la protection de sa famille. Il s'agit donc du parcours d'un homme en quête de rédemption, prêt à abandonner les armes pour rester avec ses proches.

L'intérêt de cette nouvelle réalisation de Steve Suissa (qui joue le rôle du jeune oncle de Sam) n'est pas l'intrigue policière mais l'histoire de famille. Entre deux scènes d'action, Steve Suissa nous plonge dans l'atmosphère pesante d'une famille avec ses valeurs et d'un quartier avec son histoire. Ce qui intéresse Suissa, c'est surtout le parcours, les doutes, les renoncements, les forces et les faiblesses de son héros. L'écriture est soignée. L'ambiance est plutôt sombre et l'atmosphère pesante. Même si par instant le film prend des allures de téléfilm, l'intrigue est tout à fait passionnante et les dialogues incisifs. La mise en scène, sobre et efficace, alterne avec bonheur moments très rythmés et respirations. La psychologie des personnages principaux bien dessinée sans être trop surlignée.

Nicolas Cazalé s'affirme comme un grand acteur. En casseur de coffres hors pair, jeune papa et futur Mensch, il s'en tire à merveille. Sami Frey en grand-père chef de famille qui essaye de transmettre en vain les valeurs familiales, est vraiment bouleversant avec notamment des face à face superbes avec Maurice Bénichou. Ce dernier en gangster juif est émouvant. Anthony Delon que l'on a plaisir à revoir sur les écrans, arrive à exister dans ce second rôle. Même si il n'a pas le charisme de son père, il s'en sort plutôt bien. Max Baissette de Malglaive, aperçu dans Versailles est épatant de naturel.

Mensch a sa propre identité cinématographique. Un bon polar sombre sur la mafia juive parisienne avec ses règlements de compte où le héros doute et se cherche pour trouver une place dans la société à fin de devenir un Mensch. Alors coiffe-toi, serre ta cravate, regarde les gens dans les yeux et sois un Mensch.

Fiche Technique

Genre : Policier, Comédie dramatique

Nationalité : Française

Réalisation : Steve Suissa

Casting : Nicolas Cazalé, Sara Martins, Anthony Delon,Sami Frey, Maurice Bénichou, Steve Suissa, Max Baissette de Malglaive, Myriam Boyer, Evelyne Bouix, Mickael Abitboul, Fabrice Bénichou, Laurent Bateau et Catherine Marchal

Durée : 87 min

Année de production : 2009

Attachés de presse : Matilde Incerti et Audrey Tazière

Date de sortie : 9 décembre 2009





27/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres