Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Moonrise Kingdom, le 25 septembre 2012 en DVD ****

Moonrise Kingdom, le 16 mai 2012 au cinéma ****

Moonrise Kingdom de Wes Anderson

Synopsis


Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l'été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s'enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s'approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

L'Avis de Thibault

Pour la première fois, Wes Anderson est convié au Festival de Cannes pour en assurer l'ouverture de la 65e édition, avec la projection de Moonrise Kingdom, film d'aventure et comédie enfantine comme lui seul en a le secret. Le film marque son retour à un cinéma de fiction, deux ans après l'animé Fantastic Mr. Fox.

Suzy n'a pas d'amis, Sam est orphelin, ces deux êtres marginaux vont voir leur vie littéralement foudroyée par un coup de foudre. S'en suit une romance épistolaire et la promesse de retrouvailles, le temps d'un été. Un an plus tard, Sam et Suzy ont rendez-vous avec leur destin. Lui quitte un camp de scouts où il n'a plus sa place, elle fuit sa maison bourgeoise, ses parents en crise et ses frères dictatoriaux.

Wes Anderson et Roman Coppola collaborent une troisième fois en se retrouvant pour la co-écriture du scénario qui tient de la fable initiatique et du récit d'aventure. La cruauté est toujours au cœur des personnages, la tragédie les guette en permanence et le danger les fait bouger.

Incroyablement beau, Wes Anderson capte l'essence de la jeunesse pour mieux la confronter au monde adulte. Son savoir faire éclate dès la séquence d'ouverture avec un modèle de construction qui aligne les travellings dans tous les sens pour définir la famille de Suzy : rigide et déréglée. On le retrouve aussi à l'ouverture sur le camp scout, un long travelling latéral qui traduit la rigueur de cet univers fait de règles. En opposant le monde des adultes, rigide, hystérique, incapable d'assumer ses sentiments, à celui des enfants, libres, capables de se sortir des pires situations simplement grâce à leurs ressources, Moonrise Kingdom touche à une sorte d'absolu de la représentation enfantine.

Moonrise Kingdom est une quête vers la liberté et l'amour. Certains passages sont d'une très grande ingéniosité. C'est le cas sur cette plage où la danse entre les deux pré-ados sur du Françoise Hardy est à la fois touchante et hilarante. Wes Anderson peut ainsi tout se permettre, et quand il montre ces enfants s'embrasser ou se caresser comme des enfants qui découvrent l'amour, cela n'est ni vulgaire, ni voyeur, et encore moins drôle. Il trouve une forme d'émotion à laquelle on ne s'attendait pas. Sa mise en scène est ingénieuse et pleine de trouvailles.

Partant d'un choix de casting assez surprenant, Wes Anderson fait appel pour la première fois à Bruce Willis, davantage habitué aux films d'action, pour l'un des rôles principaux. En shérif désabusé, il est sobrement émouvant. Bill Murray, l'incontournable acteur d'S.O.S. Fantômes retrouve, pour la sixième fois son metteur en scène fétiche. L'interprétation des deux enfants est aux petits oignons notamment Jared Gilman incroyable. Un talent d'acteur superbe pour ce si jeune âge.

Wes Anderson a aussi trouvé chez Alexandre Desplat son alter-ego. Sa musique magnifique est un vrai ravissement pour l'oreille. Le compositeur a même le droit à un superbe générique de fin.

Voila un auteur qui sait planter son univers, explorer l'humain au-delà des conventions habituelles, et surtout raconter une histoire avec une légèreté incroyable. Wes Anderson gagne ici en intensité et livre un de ses films les plus tourmentés où il est question d'abandon, de famille dysfonctionnelle, mais aussi d'espoir, de courage et de rédemption. Une histoire d'amour qui nous met au coeur beaucoup de chaleur.

Fiche Technique

Genre : Comédie, Drame

Nationalité : Américaine

Réalisation : Wes Anderson

Interprètes : Bruce Willis, Edward Norton, Bill Murray, Frances McDormand, Tilda Swinton, Jared Gilman, Kara Hayward, Jason Schwartzman, Bob Balaban, Lucas Hedges, Charlie Kilgore, Andreas Sheikh, Chandler Frantz, Rob Campbell, L.J. Foley, Gabriel Rush, Seamus Davey-Fitzpatrick, Tommy Nelson, Larry Pine, Marianna Bassham, Neal Huff, Eric Anderson, Jake Ryan, Tanner Flood, Max Derderian, Eliza Callahan, Jean-Michael Pion, John Peet, Carolyn Pickman, Ada-Nicole Sanger, Isabella Guinness, Violet Guinness, Caris Yeoman, Lily Tiger McEnerney, Kevin DeCoste, Harvey Keitel, Tyler Metivier, Cooper Murray, Coledyn Garrow, Ben Haffner, Michael Malvesti, Richie Conant, Johnathon Deneault, Jack TeJean Hartman, Preston Hatch, Alex Milne, Steve Smith, Dakota Pimentel, Roman Keitel et Derek Sardella

Durée : 94 minutes

Année de production : 2012

Attachés de presse : Jérôme Jouneaux, Isabelle Duvoisin et Mounia Wissinger

Ce film est présenté en Sélection Officielle - Compétition au Festival de Cannes 2012

Date de sortie : 16 mai 2012

Vous devriez aussi aimer : Le Skylab, Scout toujours ...
 
 
  
 


17/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres