Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Les invités de mon père, le 4 aout 2010 en DVD ****

 
Les invités de mon père de Anne Le Ny

Synopsis


Lucien Paumelle a toujours eu des convictions fortes. Médecin retraité, il reste un homme d'action, réputé pour son implication dans de nombreuses causes humanitaires.
Son engagement le conduit jusqu'au mariage blanc avec une jeune femme moldave, Tatiana, pour lui éviter l'expulsion.
Mais ses enfants, Babette et Arnaud, s'aperçoivent rapidement que le comportement de leur père n'a plus grand-chose à voir avec les principes qu'il a toujours prônés : malgré ses 80 ans, Lucien aurait-il succombé au charme de sa flamboyante épouse ?
Tandis que Tatiana et sa fille prennent leurs marques chez les Paumelle, le chaos s'installe dans le quotidien de Babette et Arnaud.
Bientôt, ce sont toutes les relations familiales qui sont à redéfinir...

L'avis de Thibault

Selon un point de vue différent de celui du film Welcome de Philippe Lioret, Anne Le Ny joue la carte de la tragi-comédie pour évoquer le douloureux sujet des sans-papiers. Pour son 2ème long-métrage, après Ceux qui restent, film plutôt grave, la réalisatrice confirme tout le bien qu'on pensait d'elle en parlant avec une certaine légèreté de choses plus graves.

Lucien Paumelle est veuf. Médecin à la retraite, passionné par l'humanitaire, il décide de joindre les actes à la conviction et d'accueillir dans son grand appartement loi de 48 du Quartier Latin des immigrés en mal de papiers. Son choix va se porter sur une Moldave et sa petite fille de 10 ans. Mais c'est avec appréhension que Babette et son frère apprennent que leur père vient de contracter mariage avec Tatiana. Effectivement, leurs craintes s'avèrent fondées quand il apparaît que la jeune femme prend une importance dans la vie de celui-ci qui excède très largement le pseudo statut de partenaire d'un mariage blanc.

Le film démarre en mode comédie légère pour passer sur un ton beaucoup plus grave. Le scénario écrit avec Luc Béraud décrit avec un mélange sucré-salé de tendresse et de cruauté une famille parisienne qui, petit à petit, perd les pédales, lorsque le patriarche, ancien résistant, ancien médecin qui s'est battu pour la légalisation de l'avortement et, tout naturellement, ardent défenseur des sans-papier, fait un mariage blanc pour aider une réfugiée moldave et sa fille. S'en suit alors des situations à la fois drôles et émouvantes, avec une bonne dose de cynisme et de cruauté, sans jamais forcer le trait, ni tomber dans le moralisme bien-pensant. Le scénario est fondé sur le dilemme, pour les enfants de laisser leur père, vieil homme amoureux, finir sa vie heureux en faisant des folies ou de le sauver de la perdition en éliminant l'élue de son cœur.

La seconde moitié de cette peinture au vitriol laisse place à un malaise inattendu, amené très habilement par les questionnements moraux et/ou personnels des personnages. Personne n'est épargné dans ce film bien plus intelligent qu'il n'y paraît : immigrés clandestins, nouveaux riches, adolescents révoltés par le système ou encore vieillards irresponsables. Que faire pour protéger cette famille et remettre tout en ordre quand eux mêmes sont dans le désordre total. La réalisatrice va alors se jouer des clichés: les faisant, les défaisant ... Laissant de la place à une vraie réflexion sur la famille et sur l'étranger avec beaucoup de justesse. Elle évite toutefois le piège de prendre parti : on ne s'attendrira pas, on ne jugera pas à l'emporte-pièce, on ne condamnera pas.

La longévité, la compétition des générations, la mondialisation et l'écroulement du bloc communiste offrent de quoi disserter et s'amuser pour pousser les personnages dans les limites d'une laideur malheurement tolérable.

Il faut dire que la réalisatrice, ancienne comédienne, a su choisir ses comédiens pour interpréter des personnages bien construits. Revenu à son meilleur niveau, Luchini y est excellent en fils aîné et lâche ordinaire. Il y est très sobre. Karin Viard est au sommet en incarnant la fille et l'épouse parfaite qui voit le monde s'écrouler autour d'elle. Elle est craquante de naturel. La relation frère/sœur apporte tendresse et humour. On sent une réelle complicité entre les deux acteurs français. Un vrai plaisir ! Dans le rôle du père attendrissant, Michel Aumont est égal à lui-même, c'est-à-dire excellentissime. Valérie Benguigui, pièce rapportée de la famille, assure bien dans cette famille où tout part en vrille. Elle est excellente. Quand à Veronika Novak, elle interprète peut-être le rôle le plus difficile, le plus ambivalent : celui de Tatiana, sans-papier mère courage et prête à tout. Elle s'en sort avec brio. Olivier Rabourdin (Welcome), Raphael Personnaz (La première fois que j'ai eu 20 ans) et Max Renaudin (Enfances) complètent le casting. Même Anne Le Ny apparait dans son film.

Anne Le Ny est également une brillante dialoguiste. Les répliques fonctionnent avec beaucoup de réparties savoureuses. On ne manquera pas de clamer que la musique de Béatrice Thiriet (Le cœur des hommes) est à la fois très discrète et inoubliable par sa qualité.

Digne d'un bon Agnès Jaoui, Anne Le Ny porte un regard à la fois tendre et acide sur une palette de personnages tantôt exemplaires, tantôt border line. Une très bonne comédie noire. C'est un réel plaisir que d'être convié chez les Invités de Mon Père. Ce serait dommage que vous n'acceptiez pas l'invitation.

Fiche Technique

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Réalisation : Anne Le Ny

Casting : Fabrice Luchini, Karin Viard, Michel Aumont, Valérie Benguigui, Véronica Novak, Olivier Rabourdin, Raphaël Personnaz, Anne Le Ny, Pierre Poirot, Flore Babled, Emma Siniavski et Max Renaudin

Durée : 100 min

Année de production : 2009

Attachés de presse : André-Paul Ricci, Tony Arnoux et Rachel Bouillon

Date de sortie : 31 mars 2010
 
 
 


LES INVITÉS DE MON PÈRE - BANDE-ANNONCE HD



03/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres