Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Another Year ****

Another Year, le 22 décembre au cinéma ****

Another Year de Mike Leigh

Synopsis


Printemps, été, automne et hiver. La famille et l'amitié. Amour et réconfort. Joie et peine. Espoir et découragement. La fraternité. La solitude. Une naissance. Une mort. Le temps passe...

L'Avis de Thibault

Suite à son dernier film Be Happy qui mettait en scène des trentenaires, le réalisateur Mike Leigh centre Another Year sur des personnages de la génération d'après qui ont une soixantaine d'années.

Présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, Another Year est un film choral qui se découpe en quatre parties, qui correspondent aux quatre saisons de l'année. Chacune d'elle se distingue visuellement des autres. Le film tourne autour d'un couple anglais criant de vérité. Ce couple, c'est Tom et Gerry, lui géologue, elle psychologue. Tout le monde les envie. Les personnages secondaires tournent autour de ce noyau solide dont leur fils unique à la trentaine passée, un vieil ami dépassé par les évènements et à qui tout le monde tourne le dos et enfin et surtout Mary, une collègue de travail à Gerri quelque peu déprimée et fatigante qui est malheureusement incapable de trouver le bonheur. Quelle est l'histoire, sinon la vie elle-même ?

Tout est d'une acuité psychologique extrême. On pourrait penser que la compassion et la bienveillance constituent les fondamentaux de Tom et Gerri, mais à y regarder de plus près, leur attention aux autres s'arrête exactement aux frontières de la cellule familiale resserrée autour de Joe, le fils couvé et choyé. Le bonheur de Tom et Gerri n'est qu'une toile de fond pour leurs amis seuls et tristes, fuyant leur misère dans leurs illusions ou l'alcool. La bienveillance et la générosité du couple vole en éclat quand elle menace de déranger leur tranquillité et elle laisse la place à un égoïsme impitoyable. Leurs invités sont les alibis de leur bonne conscience, mais qu'ils s'avisent d'imposer leur solitude et leur désespoir et c'est la porte. Le couple ne veut surtout pas participer à la dégradation de leurs amis. Ils sont comme l'ensemble de la société ils voient mais n'agissent pas pour ces désespérés de la vie. Tom et Gerry tombent les masques peu à peu, révèlent leur monstruosité qui est d'autant plus terrifiante qu'elle est ordinaire.

Mike Leigh filme l'anodin du quotidien de façon lucide et sans concession. Le réalisateur montre à nouveau qu'il est un très grand cinéaste. L'introduction et surtout le dernier plan en sont les preuves. Le dernier plan, magnifique de lenteur, clôt ce film sans l'achever. On sait que déjà inexorablement se profile une nouvelle année, tout simplement. Avec le dernier plan jaillit Un désespoir violent jaillit.

Avec une grande finesse et un scénario aiguisé, le réalisateur donne vie a des personnages drôles, attachants et à la fois complètement paumé et qui ont chacun charme et défaut. Another Year fait souvent penser à Woody Allen, les réparties fusent à une vitesse supersonique, chacun y fait montre d'une auto-dérision bienvenue. Les dialogues ciselés aux petits oignons frappent fort, ce que démultiplie une mise en scène vive et réglée au millimètre qui transforme chaque repas en moments intenses, véritables petites scènes d'un théâtre familier. D'apparence modeste, Another Year parle de l'usure du temps et du sentiment de l'échec avec une acuité et une lucidité terribles. La séance de psy, avec une Imelda Staunton déchirante, est un magnifique moment d'écriture. La psy exhorte sa patiente à communiquer sans jamais faire l'effort de l'y aider au delà des poncifs. Les scènes chez Ronny sont oppressantes tant la déchéance est palpable, l'intérieur sordide.

Les comédiens sont sublimes et d'une grande justesse. Lesley Manville, dans le rôle de Mary la dépressive; énergique et positive mais à la fois dégoutée par la vie et totalement paumée, est incroyable. Son personnage est ambigu, dérangeant, drôle mais énervant... Son rapport avec le couple, que sont ses amis proches, évolue au fil de l'année. Une quintescence à elle seule de l'amie aussi chère que casse-pied qui ne demande qu'à aimer et à être aimer en retour. C'est la révélation du film qui éclipse tous les autres rôles. Imelda Staunton fait une apparition brève et magistrale.

Un film dur et magnifique. C'est enlevé, intelligent, sensible et réussi. Une morale indéniable et humaine est à tirer, profond! Un film sur la solitude et l'amitié avec une question en suspens : peut-on tout faire pour ses amis ?!

Fiche Technique

Genre : Drame

Nationalité : Britannique

Réalisation : Mike Leigh

Interprètes : Jim Broadbent, Lesley Manville, Ruth Sheen, Oliver Maltman, David Bradley, Peter Wight, Martin Savage, Karina Fernandez, Michele Austin, Phil Davis, Imelda Staunton, Stuart McQuarrie, Eileen Davies, Mary Jo Randle, Ben Roberts, David Hobbs, Badi Uzzaman, Meneka Das, Ralph Ineson, Edna Dore, Gary Powell et Lisa McDonald

Durée : 129 minutes

Année de production : 2010

Attachés de presse : Jérôme Jouneaux, Matthieu Rey, Isabelle Duvoisin et Mounia Wissinger

Date de sortie : 22 décembre 2010
  
  


09/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres