Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

L'Enfant d'en haut, le 18 avril 2012 au cinéma ****

L'Enfant d'en haut, le 18 avril 2012 au cinéma ****

L'Enfant d'en haut de Ursula Meier

Synopsis


Simon, 12 ans, emprunte l'hiver venu la petite télécabine qui relie la plaine industrielle où il vit seul avec sa sœur Louise, à l'opulente station de ski qui la surplombe.
Là-haut, il vole les skis et l'équipement des riches touristes qu'il revend ensuite aux enfants de son immeuble pour en tirer de petits mais réguliers bénéfices.
Louise, qui vient de perdre son travail, profite des trafics de Simon qui prennent de l'ampleur et devient de plus en plus dépendante de lui...

L'Avis de Thibault

Remarquée avec Home (non, pas le documentaire de Yann Arthus Bertrand), lors de la Semaine de la critique de Cannes 2008, Ursula Meier réalisatrice franco-suisse passe la seconde. L'enfant d'en haut ressemble dans la thématique de l'abandon et d'une certaine misère sociale aux œuvres des frères Dardenne, réalisateurs belges connus pour leurs films sociaux (Rosetta, Le fils, L'enfant...).

Ce Robin des neiges dépossède les nantis ivres de bonheur sur la cime du divertissement onéreux, pour faire du bien à l'unique membre restant de sa famille cabossée. Pour satisfaire les besoins primaires d'une aînée ingrate et incapable de garder un travail plus d'un mois, Simon porte une lourde réalité sur ses épaules chétives, celle de trouver de quoi remplir leurs assiettes de raviolis insipides. Il est contraint de jouer à l'homme, tantôt grand frère, un père voire même amant, du haut de ses 12 ans .

En dix minutes, tout est montré, presque sans paroles et à la limite d'une réalisation de documentaire. Vision assez terrible, le film est à la frontière du cinéma social et du conte surréaliste. On suit ce jeune garçon dans cette station de ski où il vole ce qu'il peut. Puis il redescend dans la vallée, se change et rentre chez lui en trainant ce qu'il a volé dans une luge. On comprend alors que si le garçon vole pour survivre mais aussi pour subvenir aux besoins de sa sœur. Le dernier plan est plutôt beau et révélateur.

Pour réagir à l'horizontalité de l'autoroute de son premier film, la cinéaste a choisi l'axe vertical suivant les aller-retours d'un petit voleur des pistes de neige... De bas en haut, de haut en bas, ce mouvement de va-et-vient incessant donne sa respiration au film d'une incroyable épure et d'une étonnante puissante. D'ailleurs, ses personnages semblent prendre l'autoroute de Home.

Simon est attachant dans sa quête perpétuelle d'attachement et d'affection. Son besoin d'une mère resurgit lors d'une rencontre lumineuse avec une belle et riche anglaise au naturel maternel. Son humanité se révèle en de furtifs moments, notamment lorsqu'il tente de nouer des liens avec une mère de substitution à qui il ment comme à tous les autres.

Des questions sur la protection de l'enfant se posent. Comment cette situation a-t-elle pu s'installer? Et surtout, où sont les parents ? Le film fait l'étalage de toutes les formes de carences modernes: affectives, sociales, familiales, éducatives, sans jamais sombrer dans un moralisme larmoyant.

Fils d'Isabelle Huppert dans Home, le jeune Kacey Mottet Klein, qui interprète le rôle titre, joue pour la deuxième fois sous la direction d'Ursula Meier. A la fois fragile et déterminé, il incarne avec conviction ce personnage si complexe qui souhaite échapper à sa condition. Il crée de véritables instants dramatiques. Après Les adieux à la reine, Léa Seydoux est magnifique comme à son habitude... L'actrice Gillian Anderson, connue pour son rôle de Dana Scully dans la série X-Files, est au casting de L'Enfant d'en haut, son premier film français. Elle incarne une touriste anglaise.

La réalisatrice de Home perpétue une nouvelle vague de cinéma féminin francophone, lancé par Delphine Gleize (La permission de minuit) et dont on retrouve des échos très favorables chez Céline Sciamma (Tomboy) et Estelle Larrivaz (Le paradis des bêtes). L'histoire de ce jeune garçon voleur et de sa sœur, est tout simplement touchante et nous va droit au cœur. Les frères Dardenne ont trouvé leur digne héritière... en Suisse.

Fiche Technique

Genre : Drame

Nationalité : Française et Suisse

Réalisation : Ursula Meier

Interprètes : Léa Seydoux, Kacey Mottet Klein, Martin Compston, Gillian Anderson, Jean-François Stévenin, Yann Tregouët, Gabin Lefebvre, Dilon Ademi et Magne-Håvard Brekke

Durée : 97 minutes

Année de production : 2012

Attachées de presse : Laurence Granec et Karine Ménard

Date de sortie : 18 avril 2012

Vous devriez aussi aimer : Home, Le Dernier jour...
 
 
 


26/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres