Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

La Nouvelle guerre des boutons, le 21 janvier 2012 en DVD ***

La Nouvelle guerre des boutons, le 21 septembre 2011 au cinéma ***

La Nouvelle guerre des boutons de Christophe Barratier

Synopsis


Mars 1944. Alors que la planète est secouée par les soubresauts de la guerre mondiale, dans un petit coin d'une campagne française se joue une guerre de gosses... Car, depuis toujours, les gamins des villages voisins de Longeverne et Velrans s'affrontent sans merci. Mais, cette fois, leur guerre va prendre une tournure inattendue : tous les petits prisonniers se voient délestés des boutons de leurs vêtements, en sorte qu'ils repartent presque dénudés, vaincus et humiliés. Ce conflit porte désormais un nom : la "guerre des boutons". Et le village qui aura récolté le plus de boutons sera déclaré vainqueur... En marge de ce conflit, Violette, une jeune fille d'origine juive, fait battre le cœur de Lebrac, le chef des Longeverne. La véritable origine de Violette sera-t-elle dénoncée et découverte ?

L'Avis de Thibault

La guerre continue... Une semaine seulement après celle de Yann Samuell, voici donc La nouvelle guerre des boutons adapté du livre de Louis Pergaud passé dans le domaine du patrimoine public et mis en scène par Christophe Barratier. Ce n'est pas la première fois que Christophe Barratier place au centre de son intrigue des personnages d'enfants. En effet, Les Choristes mettait en scène des mineurs dans un centre de rééducation, tandis que dans Faubourg 36 , on retrouvait le jeune Maxence Perrin.

Le scénario de Christophe Barratier et Thomas Langmann dialogué par Philippe Lopes-Curval est plus riche et plus nerveux que la version de Yann Samuell. Avec La nouvelle guerre des boutons, on retrouve l'essence même du roman de Pergaud. Le film est très dur est assez violent : la violence des parents ainsi que la violence de la guerre des boutons que ce soit dans le fait de déboutonner les petits prisonniers ou même dans le fait de torturer les traitres. Un personnage a été créé spécialement pour cette adaptation sur grand écran, celui d'une jeune fille juive qui trouve refuge dans le village. Cet élément scénaristique permet ainsi de créer une connexion entre la guerre enfantine et la période du génocide. La scène où Lebrac ressent de la fierté pour son père est un beau moment d'émotion. Par contre le dénouement est un peu facile et rappelle Monsieur Batignole de Gérard Jugnot.

Alors que la version de Yann Samuell se déroulait dans les années 60, en pleine guerre d'Algérie, Christophe Barratier situe son intrigue dans les années 40, pendant la Seconde Guerre Mondiale. La transposition en 1944 ne choque pas et rappelle l'adaptation de Claude Lelouch des Misérables. Elle permet de conter une période tragique de l'histoire de France à travers le regard des enfants, témoins des bagarres des adultes. Les enfants des villages voisins de Longeverne et Velrans jouent à la guerre des boutons. En parallèle, les adultes se livrent à la grande guerre. Bien des comportements sont voisins entre les deux générations. Cette symétrie alimente autant la narration de la guerre des enfants comme elle nourrit celle des grands.

La mise en scène de Barratier est très efficace et bien ficelée. La photographie est excellente. Les paysages d'Auvergne sont magnifiques. François Emmanuelli a accomplit un travail remarquable sur les décors. La musique de Philippe Rombi (Rien à déclarer de Dany Boon, Potiche de François Ozon et même Jeux d'enfants de Yann Samuell) est belle mais trop présente.

Alors que Yann Samuell privilégiait les enfants, dans cette nouvelle version, les adultes sont bien plus présents. Certes ils n'ont pas le monopole, mais on obtient au final, un habile mélange. Les adultes ne se contentent pas de figurer en second plan. Le réalisateur retrouve quelques comédiens habituels comme Gérard Jugnot, Kad Merad, François Morel ou Eric Naggar mais ouvre son plateau à des petits nouveaux comme Laetitia Casta, lumineuse en mercière ou Guillaume Canet. Marie Bunel est convaincante dans le rôle de la mère de Lebrac. Les enfants sont formidables comme Clément Godefroy en petit Gibus qui détonne. Craquant de naturel et de drôlerie. Jean Texier avec sa cicatrice est fabuleux. La révélation du film ressemble beaucoup à la révélation du film Les choristes Jean-Baptiste Maunier.

Sans être un chef d'œuvre, ce film est touchant, plein d'émotions. Cette nouvelle version est bien plus profonde et moins naïve que la version de Yann Samuell. Christophe Barratier a de la ressource pour nous offrir une jolie fresque auvergnate.

Fiche Technique

Genre : Comédie , Aventure

Nationalité : Française

Réalisation : Christophe Barratier

Interprètes : Laetitia Casta, Guillaume Canet, Kad Merad, Gérard Jugnot, François Morel, Marie Bunel, Eric Naggar, Jean Texier, Clément Godefroy, Ilona Bachelier, Thomas Goldberg, Théophile Baquet, Louis Dussol, Harold Werner, Nathan Parent, Vincent Bowen, Anthony Decadi et Grégory Gatignol

Durée : 100 minutes

Année de production : 2011

Film pour enfants à partir de 6 ans

Attaché de presse : Dominique Segall

Date de sortie : 21 septembre 2011

Vous devriez aussi aimer : La Guerre des boutons, Les Choristes ...
 
  


24/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres