Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Les Infidèles, le 29 février 2012 au cinéma ***

Les Infidèles, le 29 février 2012 au cinéma ***

Les Infidèles de Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Michel Hazanavicius, Eric Lartigau et Alexandre Courtès

Synopsis


L'infidélité masculine et ses nombreuses variations, vues par 7 réalisateurs.

L'Avis de Thibault

3 jours après son Oscar, Jean Dujardin ne pouvait rêver meilleure promo pour sa variation potache sur le thème de l'infidélité. Que dire de ce film qui a été annoncé avec grand fracas ?

Le duo Jean Dujardin et Gilles Lellouche, accompagné de cinq réalisateurs, se sont lancé le pari difficile de donner une vision le plus large possible de maris trompant leur femme à travers un film à sketchs alternant des images tour à tour particulièrement vulgaires et tristement risibles de ces obsédés misogynes. Les 7 réalisateurs épluchent sous différents angles ce sujet douloureusement d'actualité à travers 6 petites histoires.

En effet, nous débutons par la vision de Fred Cavayé pour enchaîner avec Michel Hazanavicius durant lequel l'homme infidèle est rabaissé au plus bas. Puis l'on suit les péripéties pathétiques d'un homme mûr et sa Lolita mis en scène par Eric Lartigau avant de plonger dans la dramatique partie orchestrée par Emmanuelle Bercot sur fond de jeu de la vérité. Enfin vient la grosse farce d'Alexandre Courtes et ses Infidèles Anonymes. Arrive enfin le final du duo infernal qui se charge d'enterrer le peu de dignité de ces infidèles qui sont près à tout.

A l'origine, un sketch réalisé par Jan Kounen était également prévu, mais la production a été contrainte de le couper au montage : d'une part parce que le film aurait été trop long, et d'autre part en raison de l'univers décalé, flamboyant et démesuré du sketch qui ne s'inscrivait pas dans la tonalité des Infidèles. Une scène se déroulant le 11 septembre a aussi été coupée au montage final. On y voyait Jean Dujardin s'adonner à une partie de jambes en l'air dans un hôtel face au World Trade Center, lorsqu'un avion vient s'écraser sur les tours jumelles ! La réalisation d'Alexandre Courtes a été retirée pour ne pas choquer le public américain.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que "les hommes" en prennent pour leur grade et ne sortent pas du tout grandis de ce pamphlet. D'un sketch à l'autre le ton change, le qualité aussi... Les infidèles anonymes est sans aucun doute le sketch le plus drôle. Plusieurs personnages vus dans les pastilles, se réunissent pour subir une thérapie collective pour guérir leur addiction sexuelle. Le sketch réalisé par la seule femme du groupe, Emmanuelle Bercot, coscénariste de Polisse, est véritablement pathétique dans son déroulement. Il montre que l'infidélité est évidemment ressentie tragiquement au sein d'un couple : la dissymétrie infidélité masculine et infidélité féminine est ici montrée de manière éclatante. L'écriture de Nicolas Bedos est mise à profit, pour la première fois au cinéma. Lolita étant sans doute le sketch le plus stéréotypé. Les jeunes de dix-neuf ans ne sont pas aussi crétins, débauchés et fêtards que ce que le film montre. La partie de Fred Cavayé est bardée de lieux communs et de vulgarité. Le dernier épisode est raté. Ce n'est qu'un décalage de clichés grossiers et la fin du film est un peu ridicule de bêtises et d'improbabilité. Ils auraient pu donner une morale au lieu de partir dans le pastiche complet. Elle arrive de nulle part et ne colle absolument pas avec le reste du film.

Il y a quand même quelques longueurs, comme le café entre le personnage de Lellouche et sa copine de lycée venue avec ses amis, ou au début du sketch a Las Vegas. Mais il y a des moments magiques : le mini sketch avec Manu Payet en homme cochon, la réunion aux infidèles anonymes, et la question qui est d'une puissance incroyable, un moment de cinéma intense.

Le jeu des acteurs est à saluer notamment Alexandra Lamy qui est bluffante dans sa scène de ménage Elle passe de la perfidie aux larmes d'une manière vraiment naturelle. Une vraie surprise. Sandrine Kiberlain dévoile son côté comique, loin de Beur sur la ville. Sans oublier Guillaume Canet et Manu Payet, les comiques de cet ovni ! Ils sont justes grandioses : l'un en petit fayot versaillais, l'autre en sado maso amateur de femmes mures.

Un film dont l'humour connait toutes les variations : humour jaune, noir, sarcastique, décalé, sensible, grivois, grossier... Malgré une inégalité qualitative inévitable entre les différentes séquences, l'ensemble nous permet de passer un bon moment accompagné d'une réflexion sur la vie de couple grâce à des variations surprenantes entre des humours frôlant souvent le potache, le drame d'un quadragénaire tombé sous le charme d'une midinette et les engueulades d'un couple décidé à ne rien se cacher. Sept sketches de longueurs et de teneurs très diverses.

Fiche Technique

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Réalisation : Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Michel Hazanavicius, Eric Lartigau et Alexandre Courtès

Interprètes : Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Alexandra Lamy, Géraldine Nakache, Guillaume Canet, Sandrine Kiberlain, Manu Payet, Isabelle Nanty, Clara Ponsot, Mathilda May, Anne Suarez, Eric de Montalier, Arnaud Henriet, Lionel Abelanski, Charles Gérard, Anthony Sonigo, Bastien Bouillon, Eric Massot, Katia Lewkowicz , Lazare Lartigau, Julien Leprise, Cyrius Rosset, Priscilla De Laforcade, Florine Delobel, Julie Nicolet, Karine Ventalon, Pierre Benoist, Jean-Charles Piedagnel, Dolly Golden, Annabelle Naudeau, Claire Viville, Mademoiselle Eva, Bénédicte Vrignault, Célestin Chapelain, Xavier Claudon, Laurent Cotillard, Franck Pech, Luca Lombardi, Eddy Saccomani, Vincent Bonnasseau, Jonathan Perrein, Fabrice Aguoguet, Maeva Pasquali, Aina Clotet, Patrick Dray, Partha Majumder, Nathalie Levy-Lang, Johanna Nizard, Elise Oppong, Violette Blanckaert, Etienne Durot, Vincent Darmuzey, Hélène Seuzaret, Lou Lievain et Stéphane Roquet

Durée : 109 minutes

Année de production : 2011

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Attachées de presse : Alexandra Schamis et Sandra Cornevaux

Date de sortie : 29 février 2012

Vous devriez aussi aimer : L'Art d'aimer, Ce que pensent les hommes ...
 
 
  


11/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres