Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Lucky Luke, le 17 mars 2010 en DVD ****

 
Lucky Luke de James Huth

Synopsis


Au cours de sa mission à Daisy Town, la ville qui l'a vu grandir, Lucky Luke, "l'homme qui tire plus vite que son ombre", va croiser Billy The Kid, Calamity Jane, Pat Poker, Jesse James et Belle...

L'avis de Thibault

2009 est l'année Goscinny. Un mois après Le Petit Nicolas de Laurent Tirard avec Maxime Godart, James Huth adapte Lucky Luke. Il faut dire que les trois précédents métrages n'étaient pas à la hauteur du cowboy qui tire plus vite que son ombre. (Le juge de Jean Girault, Lucky Luke de Terence Hill et Les Daltons de Philippe Haim). La pire étant la dernière adaptation avec Eric Judor et Ramzy Bédia distribué par UGC.

Avant d'être un western d'aventure, Lucky Luke est tout d'abord une comédie. Il y a énormément de gags visuels comme ce nuage de fumée dans le Rail Force One ne permettant pas de voir les têtes des personnages où ce Mont Rushmore à l'effigie de Lucky Luke. Comme dans Astérix ou Le Petit Nicolas, on rend aussi hommage à la culture française et au cinéma international. (Voir les références à Jacques Dutronc, à la bande desinée Tintin et le crabe aux pinces d'or ou aux films de Sergio Leone avec les gros plans sur les yeux.)

Comme dans Le Petit Nicolas, James Huth a écrit avec la complicité de Jean Dujardin et Sonja Shilito, un scénario original tiré de plusieurs albums de Lucky Luke. Il convie à Daisy Town Billy the Kid, Jesse James, Calamity Jane, Phil Defer et Pat Poker et préfère laisser Les Daltons se reposer au pénitencier surveillé par le chien le plus stupide de l'ouest de l'Amérique : Rantanplan. Les scénaristes ont même inventé l'enfance de Lucky Luke avec ses parents et son parrain. Et l'on sait même pourquoi il est devenu si Lucky.

Le réalisateur a réussi à rassembler des comédiens venus d'univers très différents. Ils sont tous au diapason. Jean Dujardin, qui jouait un cowboy vanneur dans Les Daltons, est plus crédible en lomesome cowboy. Daniel Prévost est un très bon Pat Poker. Après avoir incarné les méchants dans des films comme Le Diner de cons, Astérix et Obélix contre César ou La vérité si je mens 2, Il est à la fois hilarant et en même temps il donne des frissons dans le dos. Son Pat Poker est un cousin de Herod, interprété par Gene Hackman dans Mort ou vif. Loin de La Beuze et Incontrôlable, Michaël Youn joue un Billy The Kid totalement incroyable. Il est comme hanté par ce rôle à contre emploi. Après réflexion, lui seul pouvait incarner ce grand méchant avec l'esprit d'un enfant. Melvil Poupaud, considéré comme un acteur cérébral, délaisse les films d'Arnaud Despleschin et de François Ozon. Avec Jesse James, il arrive à se moquer de lui-même lorsqu'il cite des répliques de Shakespeare. Ensemble leur duo fonctionne. Sylvie Testud arrive à trouver sa place dans la comédie. On aimerait la voir plus dans ce genre qui lui va si bien. Et Alexandra Lamy amène une touche de féminité et de sensualité à ce monde de brutes. Quel plaisir de revoir Jean-François Balmer, si peu présent au cinéma. Il est formidable en gouverneur, parrain de Lucky Luke. Sans oublier, l'éternel complice de Jean Dujardin, Bruno Salomone qui prête sa voix à Jolly Jumper. Normal, il parle le cheval depuis l'âge de cinq ans.

Au niveau de la technique : tout est réussi de la lumière de Stéphane Le Parc, aux costumes d'Olivier Bériot en passant par les décors de Pierre Quefféléan. Le spectateur est entrainé dans un univers visuel. Le costume de Lucky Luke ne change pas. Il est composé d'un chapeau blanc, d'un foulard rouge, d'une chemise jaune, d'un gillet foncé, d'un jean et d'une paire de bottes. De même le village ressemble à celui de la Bande Dessinée. On y retrouve toutes les habitations : de l'hôtel au saloon en passant par les pompes funèbres. Même James Huth s'est laissé séduire à un petit clin d'oeil. Son nom est associé à la banque de Daisy Town.

James Huth a enfin réussi à rendre à Lucky Luke ses véritables lettres de noblesse. Morris et Goscinny peuvent être enfin fiers.

Fiche Technique

Genre : Comédie, Western

Nationalité : Française

Réalisation : James Huth

Casting : Jean Dujardin, Michaël Youn, Sylvie Testud, Daniel Prévost, Alexandra Lamy, Melvil Poupaud, André Oumansky, Jean-François Balmer et la voix de Bruno Salomone

Durée : 104 min

Année de production : 2008

Budget : 27 000 000 euros

N° de visa : 121503

Attachée de presse : Alexandra Schamis et Sandra Cornevaux

Date de sortie : 21 octobre 2009
 
 
 
 

 


Découvrez la playlist 0 lu avec Bruno Coulais


28/09/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres