Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Rich Claude : biographie et filmographie



Biographie

Envoyé pendant la guerre dans une pension nommée Le Gai savoir, le jeune Claude Rich y monte ses premiers spectacles de marionnettes grâce à un professeur qui lui transmet son goût pour le théâtre. Pour aider sa mère, veuve, il travaille comme employé de banque, tout en suivant les cours de comédie de Charles Dullin. Puis il intègre le Conservatoire, où il a pour professeurs Georges Leroy ou Pierre Dux et pour camarades de promo Rochefort, Marielle et Belmondo. Il en sort en 1953, année qui le voit faire ses débuts sur les planches, dans La Corde.


Le premier à lui offrir un petit rôle au cinéma est René Clair (qu'il retrouvera à deux reprises) dans Les Grandes Manoeuvres en 1955. D'autres maîtres du Septième art ne tardent pas à faire appel à lui, tels Jean Renoir (il campe un des prisonniers du Caporal épinglé en 1961) ou Julien Duvivier, tandis que la Nouvelle Vague semble l'ignorer, même s'il apparaît dans un sketch de Chabrol et plus tard dans La Mariée était en noir de Truffaut. Héros de Ce soir ou jamais (1961), premier film de Michel Deville, Claude Rich, avec son air de garçon bien élevé et son sourire en coin, exaspère Ventura dans Les Tontons flingueurs en 1963 ("Il commence à me les briser menu..." ) et indispose Louis De Funès dans Oscar.


Compagnon de la marguerite chez Mocky, Claude Rich trouve un de ses rôles les plus marquants, celui d'un homme qui explore son passé, dans Je t'aime, je t'aime (1968) de l'expérimentateur Resnais. Enchaînant les personnages censés incarner l'ordre, de l'inspecteur (Stavisky) au flic odieux (La Guerre des polices) en passant par le juge (Adieu poulet) ou le médecin de la marine (Le Crabe tambour, un de ses grands rôles en 1977), il se consacre essentiellement, dans les années 70 et 80, au théâtre, sa première passion (il a lui-même signé plusieurs pièces).


Depuis les années 80, il s'investit davantage dans les téléfilms, tournant dans une vingtaine de productions d'époque, dans lesquelles il interprète le plus souvent des figures de la noblesse (marquis dans Le rouge et le noir), des hommes religieux (cardinal dans Jean XXIII - le pape du peuple) et encore une fois, des policiers (Les vacances de l'inspecteur Lester). Le comédien est sollicité notamment par Peter Kassovitz, qui le dirige dans cinq téléfilms : Fausses notes (1982), Dans la citadelle (1983), L' énigme blanche (1985), Stirn et Stern (1990) et Faussaires et assassins (1997).


C'est grâce à l'adaptation au cinéma du Souper, une pièce à succès dans laquelle il incarne Talleyrand face à Claude Brasseur, qu'il est de nouveau très sollicité par les cinéastes - sans jamais abandonner les planches ni la télévision. Auréolé d'un César du Meilleur acteur pour cette prestation en 1993, celui qui se glisse dans la peau de Voltaire, Galilée ou Léon Blum pour le petit écran affiche une prédilection pour les films d'époque (Capitaine Conan, Lautrec). Il prend part à des comédies de moeurs raffinées (La Bûche en 1999, Le Coût de la vie en 2002), et son élégance un peu rétro fait merveille dans Les aventures de Rouletabille filmées par Podalydès, ce qui ne l'empêche pas de prêter ses traits à Panoramix dans Astérix et Obélix en 2002.


Cette année-là, Claude Rich reçoit un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Loin de mettre un terme à ses activités, il s'amuse à jouer les vieillards irascibles chez Alain Resnais (Coeurs) ou Pascal Thomas (Le Crime est notre affaire). Jonglant entre la comédie et le drame, il intègre le film choral Bancs publics (Versailles rive droite) (2009) de Bruno Podalydès, avant de vivre en communauté avec Guy Bedos, Jane Fonda, Pierre Richard et Geraldine Chaplin dans Et si on vivait tous ensemble ?, et de donner la réplique à Franck Dubosc dans 10 jours en or.


Filmographie complète de Claude Rich avec mes notes sur 20

Les Saveurs du palais de Christian Vincent - prochainement


Et si on vivait tous ensemble ? de Stéphane Robelin - Sorti en salle en 2012


10 jours en or de Nicolas Brossette - Sorti en salle en 2012 10


Bancs publics (Versailles rive droite) (2009), de Bruno Podalydès 16

Aide-toi le ciel t'aidera (2008), de François Dupeyron 15

Le Crime est notre affaire (2008), de Pascal Thomas 15

Coeurs (2006), de Alain Resnais 16

Président (2006), de Lionel Delplanque 15

Le Parfum de la dame en noir (2005), de Bruno Podalydès 14

Le Cou de la girafe (2004), de Safy Nebbou 15


Rien, voilà l'ordre (2004), de Jacques Baratier

Là-haut, un roi au-dessus des nuages (2004), de Pierre Schoendoerffer

Le Coût de la vie (2003), de Philippe Le Guay 16

Le Mystère de la chambre jaune (2003), de Bruno Podalydès 17

Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat 17


Les Amants de mogador (2002), de Souheil Ben-Barka

Concurrence déloyale (2001), de Ettore Scola

Paris à tout prix (2001), de Yves Jeuland

Thérèse et Léon (2001) (2001), de Claude Goretta

Les Acteurs (2000), de Bertrand Blier 14

La Bûche (1999), de Danièle Thompson 16

Le Derrière (1999), de Valérie Lemercier 14

Lautrec (1998), de Roger Planchon 14


Homère, la dernière odyssée (1998), de Fabio Carpi

Capitaine Conan (1996), de Bertrand Tavernier

Le Bel été 1914 (1996), de Christian de Chalonge

Dis-moi oui (1995), de Alexandre Arcady

Désiré (1995), de Bernard Murat

Le Colonel Chabert (1994), de Yves Angelo 17

La Fille de d'Artagnan (1994), de Bertrand Tavernier 16


La Vérité en face (1993), de Etienne Périer

Le Souper (1992), de Edouard Molinaro

L'Accompagnatrice (1992), de Claude Miller

Promotion canapé (1990), de Didier Kaminka

Stirn et Stern (1990), de Peter Kassovitz

Les Cigognes n'en font qu'à leur tête (1989), de Didier Kaminka 11

France, images d'une révolution (1989), de Alec Costandinos

Escalier C (1985), de Jean-Charles Tacchella 15

Les Mots pour le dire (1983), de José Pinheiro

Maria Chapdelaine (1983), de Gilles Carle

La Revanche (1981), de Pierre Lary

Un Matin rouge (1981), de Jean-Jacques Aublanc

La Guerre des polices (1979), de Robin Davis

Le Crabe tambour (1976), de Pierre Schoendoerffer

Adieu poulet (1975), de Pierre Granier-Deferre

Le Futur aux trousses (1975), de Dolores Grassjan

Stavisky (1974), de Alain Resnais

La Femme de Jean (1974), de Yannick Bellon

L'Ironie du sort (1974), de Edouard Molinaro

La Race des seigneurs (1973), de Pierre Granier-Deferre

Tu peux ou tu peux pas? (1970), de Pasquale Festa Campanile

Le Client de la morte saison (1970), de Moshe Mizrahi

Ninì Tirabusciò: la donna che inventò la mossa (1970), de Marcello Fondato

Une Veuve en or (1969), de Michel Audiard

Je t'aime, je t'aime (1968), de Alain Resnais

La Mariée était en noir (1968), de François Truffaut 18

Oscar (1967), de Edouard Molinaro

Mona, l'etoile sans nom (1967), de Henri Colpi

Paris brûle-t-il ? (1966), de René Clément

Les Compagnons de la Marguerite (1966), de Jean-Pierre Mocky

Monsieur le Président-directeur général (1966), de Jean Girault

L'Or du duc (1965), de Jacques Baratier

Les Copains (1965), de Yves Robert

Un milliard dans un billard (1965), de Nicolas Gessner

Le Repas des fauves (1964), de Christian-Jaque 16

La Chasse à l'homme (1964), de Edouard Molinaro

Mata-Hari, agent H21 (1964), de Jean-Louis Richard

Les Tontons flingueurs (1963), de Georges Lautner

Comment trouvez-vous ma soeur ? (1963), de Michel Boisrond

Constance aux enfers (1963), de Francois Villiers

Le Diable et les dix Commandements (1962), de Julien Duvivier

La Chambre ardente (1962), de Julien Duvivier

Les Sept Péchés capitaux (1962), de Claude Chabrol

Les Petits Matins (1962), de Jacqueline Audry

Copacabana Palace (1962), de Steno

Ce soir ou jamais (1961), de Michel Deville

Le Caporal épinglé (1961), de Jean Renoir

Tout l'or du monde (1961), de René Clair

L'Homme à femmes (1960), de Jacques-Gérard Cornu

La Française et l'amour (1960), de Michel Boisrond

Ni vu ni connu (1958), de Yves Robert

Ligne de vie (1958), de Jean Leduc

La Garçonne (1957), de Jacqueline Audry

La Polka des menottes (1957), de Raoul André

C'est arrivé à Aden (1956), de Michel Boisrond

Mitsou (1956), de Jacqueline Audry

Les Grandes manoeuvres (1955), de René Clair



27/07/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres