Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Amore ****

Amore, le 22 septembre au cinéma ****

  
Amore de Luca Guadagnino

Synopsis


Dans la propriété des Recchi, riche famille d'industriels milanais, Emma coule des jours monotones, enfermée dans son mariage et son sens du devoir.
Au printemps, elle fait la connaissance d'Antonio, surdoué en cuisine et meilleur ami de son fils.
Leur rencontre déclenche des passions longtemps réprimées et conduit Emma sur le chemin d'un retour à la vie.

L'Avis de Thibault

Amore raconte l'histoire d'une famille de riches industriels milanais très shakespearienne, dont le patriarche vient de céder la succession de son entreprise à son fils et à son beau-fils. Emma a rencontré Tancredo dans le restaurant paternel, l'a trouvé gentil et s'est laissée convaincre de le suivre dans son pays pour l'épouser. Emma était russe, pauvre, elle est devenue italienne et riche .
A l'aube de la cinquantaine, la grande bourgeoise qu'elle est devenue, modèle de dignité et d'élégance, mais aussi compassée et froide, va être surprise par un attachement très inapproprié - elle s'éprend d'Antonio, un jeune chef plein d'avenir, et meilleur ami de son fils Edo... Cette fois-ci, c'est enfin l'Amour. Le réalisateur Luca Guadagnino construit son film comme un véritable opéra d'une beauté stupéfiante. Un conflit digne d'une tragédie grecque.

Le repas d'ouverture donne le la d'une narration toute entière offerte aux sens, la gastronomie y prenant une place primordiale et déterminante. La froideur de la maison de famille à la chaleur des hauteurs de San Remo, accompagnant la métamorphose Emma perdant les sens et les retrouvant tout autant, nourrit le film d'une singularité captivante. La référence s'impose : Luca Guadagnino se sent l'audace et l'âme d'un Visconti. Amore s'annonce comme un film à l'ancienne, à l'opposé des productions actuelles.

La mise en scène est grandiose, elle correspond à l'ambiance générale du film. La multiplication des points de vue, les montées dramatiques régulières, la recherche constante de la plus grande sensualité : tout concoure à faire de ce film un monument lyrique. La relation entre Emma et Antonio offre des moments d'une grande grâce et rappelle autant le Lady Chatterley de Pascale Ferran.

Le travail sur le rythme et les ambiances sont remarquables : le début est lent pour nous faire attendre ce grand repas de famille ; la dernière partie où la mort est présente devient silencieuse et froide pour finir par un crescendo admirable.

L'interprétation des personnages est très efficace. Tilda Swinton, au charisme et à la classe envoûtante, habite son rôle. Elle impose à chaque image la luminosité de son talent. Elle est encore une fois magnifique. Pour les besoins du film, l'actrice a dû apprendre le russe et l'italien, langues dont elle n'avait aucune connaissance avant le tournage. On prend plaisir à revoir Marisa Berenson dans un vrai rôle, elle excelle en bourgeoise italienne.

Un film d'une ambition rare et qui atteint régulièrement des sommets. Ca démarre comme Festen, pour nous emmener sur d'autres chemins et nous surprendre plusieurs fois.

Fiche Technique

Genre : Drame

Nationalité : Italienne

Réalisation : Luca Guadagnino

Interprètes : Tilda Swinton, Alba Rohrwacher, Pippo Delbono, Marisa Berenson, Maria Paiato, Edoardo Gabbriellini, Flavio Parenti, Diane Fleri, Waris Ahluwalia, Gabriele Ferzetti, Mattia Zaccaro, Chiara Tomarelli, Emanuele Cito Filomarino et Giangaleazzo Visconti Di Modrone

Durée : 118 minutes

Année de production : 2009

Titre original : Io sono l'Amore

Attaché de presse : Alexis Delage-Toriel

Date de sortie : 22 septembre 2010

 

 



01/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres