Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : L'Art d'aimer **

L'Art d'aimer, le 23 novembre 2011 au cinéma **

L'Art d'aimer de Emmanuel Mouret

Synopsis


Au moment où l'on devient amoureux, à cet instant précis, il se produit en nous une musique particulière. Elle est pour chacun différente et peut survenir à des moments inattendus...

L'Avis de Thibault

A mi chemin entre film à sketchs et film choral, L'art d'aimer d'Emmanuel Mouret, titre emprunté à Ovide, suit plusieurs petites histoires en parallèle, centrées autour de personnages malchanceux en amour, mais souvent chanceux dans leur malchance. Comme ses films précédents, le métrage s'intéresse au sentiment amoureux et au jeu du désir et de la séduction. Le réalisateur porte un regard doucement décalé qui rappelle autant Woody Allen qu'Éric Rohmer.

Frédérique Bel joue au chat et à la souris avec son voisin Achille. Zoé propose de partager son homme avec Isabelle qui n'en a pas et voudrait faire l'amour. William et Vanessa expérimentent l'adultère alors qu'ils sont ensemble. Amélie aimerait être plus généreuse et ne peut se résoudre à tromper son mari Ludovic avec son meilleur ami Boris. Elle trouvera une solution qui risque de faire mal.

L'Art d'aimer est rythmé par des conseils amoureux présentés sous forme d'intertitres, comme "Il ne faut pas refuser ce que l'on nous offre", "Le désir est inconstant", "Sans danger, le plaisir est moins vif". Le réalisateur voulait jouer avec le sens de ces proverbes et idées reçues, par rapport aux difficultés amoureuses présentées à l'écran.

Le film dresse une belle fresque des interrogations récurrentes sur l'amour. La suite de scénettes est de qualité très inégale, surtout lorsqu'un soupçon de mélo vient plomber une certaine insouciance. Le brio de certains segments rend les autres fades... Les atermoiements répétés d'une voisine guère pressée face à un voisin très pressant font d'abord sourire avant d'agacer. Le jeune couple inventant une soirée avec un(e) autre pour mieux se retrouver donnent naissance à la plus belle séquence de L'Art d'aimer. Une quinzaine de minutes de plus n'auraient pas été de trop pour approfondir certains personnages. La frustration nait de scènes trop brèves et de récits à l'intérêt variable. Mais les dialogues sont écrits avec finesse et intelligence.

Déjà à l'affiche de Fais-moi plaisir !, Judith Godrèche est magistrale. Elle soutient l'intrigue principale d'une délectable interprétation même si elle incarne encore et toujours une bourgeoise coincée. Frédérique Bel est encore une fois parfaite en chieuse à girouette. Mais le problème c'est qu'elle ne sait jouer que ce genre de rôle. Cantonnée dans une case, elle n'y sort jamais ce qui commence à lasser. La voix off de Philippe Torreton égrène des banalités affligeantes, sans une once de subtilité : superflu. Le film réunit aussi François Cluzet, Julie Depardieu, Pascale Arbillot, Philippe Magnan, Gaspard Ulliel, Ariane Ascaride, Laurent Stocker... Un jeu sincère et dépouillé des acteurs qui jouent simplement et efficacement.

Une suite de saynètes, toujours légères, dont le marivaudage et le badinage sont les deux mamelles, composent L'art d'aimer, variations atmosphériques autour des sentiments.

Fiche Technique

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Réalisation : Emmanuel Mouret

Interprètes : François Cluzet, Julie Depardieu, Ariane Ascaride, Pascale Arbillot, Frédérique Bel, Judith Godrèche, Louis-Do de Lencquesaing, Philippe Magnan, Stanislas Merhar, Emmanuel Mouret, Elodie Navarre, Laurent Stocker, Gaspard Ulliel, Philippe Torreton et Michaël Cohen

Durée : 85 minutes

Année de production : 2010

Attachés de presse : André-Paul Ricci, Tony Arnoux et Florence Narozny

Date de sortie : 23 novembre 2011

Vous devriez aussi aimer : Love Actually, Changement d'adresse...
 
  


27/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres