Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : L'Ennemi intime **



L'Ennemi intime de Florent Emilio Siri

Synopsis


Algérie, 1959.
Les opérations militaires s'intensifient. Dans les hautes montagnes Kabyles, Terrien, un lieutenant idéaliste, prend le commandement d'une section de l'armée française. Il y rencontre le sergent Dougnac, un militaire désabusé. Leurs différences et la dure réalité du terrain vont vite mettre à l'épreuve les deux hommes. Perdus dans une guerre qui ne dit pas son nom, ils vont découvrir qu'ils n'ont comme pire ennemi qu'eux-mêmes.

L'Avis de Thibault

Bercé par Apocalypse Now et Platoon, Benoît Magimel avait longtemps rêvé de faire un film sur la guerre. C'est chose faite avec L'ennemi intime, une plongée dans l'horreur du conflit.

Le scénario, écrit par Patrick Rotman, veut montrer la réalité de la guerre, celle qui ne dit pas son nom, mais aussi ce qui se passe dans la tête des jeunes de 20 ans, volontaires pour la patrie. Le film témoigne de l'escalade de la violence et de l'enlisement de la guerre d'Algérie dans une impasse à travers le destin d'une patrouille, majoritairement composée d'appelés , dans un poste avancé, confrontée à un ennemi invisible cruel et imprévisible.

Le comédien retrouve le réalisateur Florian Emilio Siri, revenu de son voyage américain. Par sa maîtrise de la caméra et une image soignée et désaturée de Giovanni Fiore Coltellacci, il impressionne. Visuellement, L'Ennemi Intime prend aux tripes et n'a franchement pas à rougir. La beauté sauvage des paysages succède à l'âpreté des combats. Mais la violence du film ne reflète qu'une infime partie de faits gardés trop longtemps sous silence. Le cinéaste se prend les pieds dans le tapis en hésitant constamment entre le film d'action et la réflexion politique. Il ne juge ni un bord ni l'autre. Entre la cruauté de l'armée française et la barbarie du F.L.N, il renvoie chaque protagoniste dos à dos.

Albert Dupontel interprète Dougnac, un héros contrarié et désabusé venu avec un grand idéal, qui se retrouve dans des opérations de basse police. C'est un rôle que le comédien avait d'abord refusé car il trouvait le personnage trop négatif. Il est pourtant fabuleux en sous officier revenu de tout. Benoît Magimel est impressionnant dans son rôle d'officier idéaliste en perdition. Fellag apparaît lors d'une courte scène intense. Il allume une cigarette par les deux bouts et explique sa position.

Eric Savin (Fair Play), Aurélien Recoing (Douches Froides), Marc Barbé (La Môme), Vincent Rottiers (Narco), Adrien Saint-Joré (La mentale), Anthony Decadi (Les fautes d'orthographe) complètent le casting.

La musique d'Alexandre Desplat est un poil envahissante mais L'ennemi intime est un film efficace, qui laisse méditer sur la guerre, le racisme et l'influence d'un milieu sur le comportement. Car l'ennemi intime, c'est aussi bien le frère (algérien ou français) que l'on combat que le fou qui sommeille en nous.

Fiche technique

Genre : Guerre, Drame

Nationalité : Marocaine et Française

Réalisation : Florent Emilio Siri

Casting : Benoît Magimel, Albert Dupontel, Aurélien Recoing, Marc Barbé, Vincent Rottiers, Mohamed Fellag, Guillaume Gouix, Eric Savin, Adrien Saint-Joré, Antoine Laurent et Anthony Decadi

Durée : 108 min.

Année de production : 2006

Date de sortie : 03 Octobre 2007

N° de visa : 113 540

Des images ou des idées peuvent choquer


16/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres