Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Les Beaux gosses **



Les Beaux gosses de Riad Sattouf

Synopsis


Hervé, 14 ans, est un ado moyen. Débordé par ses pulsions, ingrat physiquement et moyennement malin, il vit seul avec sa mère.
Au collège, il s'en sort à peu près, entouré par ses bons copains.
Sortir avec une fille, voilà qui mobilise toute sa pensée. Hélas, dans ce domaine, il accumule râteau sur râteau, sans toutefois se démonter.
Un jour, sans très bien comprendre comment, il se retrouve dans la situation de plaire à Aurore, l'une des plus jolies filles de sa classe.
Malgré des avances de plus en plus évidentes, Hervé, un peu nigaud, ne se rend compte de rien.
Quand enfin il en prend conscience, Aurore refuse de sortir avec lui. Puis, sans prévenir, elle se jette dans ses bras.
Enfin, il sort avec une fille !
Grand amateur de branlettes et de films X, Camel, son meilleur ami, convainc Hervé d'essayer de coucher avec sa copine.
Devant son copain, Hervé se vante de sa virilité, mais quand il est avec Aurore, c'est une autre affaire...

L'avis de Thibault

Présenté à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs, ce premier film du jeune auteur-réalisateur de bandes dessinées Riad Sattouf nous présente l'adolescence difficile des collégiens de manière plus réaliste et beaucoup moins romancée que LOL. Là où le dernier film de Liza Azuelos montrait des ados fumeurs d'herbe et jouant à la nouvelle star avec des parents riches comme Crésus qui eux même fument de l'herbe, Les beaux gosses sont des boutonneux vulgaires, moqueurs et limités mais ils sont assez authentiques.

La principale qualité du film est de chercher davantage à se créer une identité propre qu'à reprendre et caricaturer les modèles Américains. Le quotidien d'Hervé et de Camel, deux collégiens obnubilés par les filles et le sexe, est reconstitué avec un soin du réalisme étonnant. La discrimination, les religions au collège, les maghrébins, les parents, les contrôles, les cours d'SVT sont autant de sujets abordés.

Cette comédie ne fait pas dans la dentelle : le ton est volontairement trivial, l'humour potache transpire des relents acnéens et la verve de nos joyeux puceaux ne brille pas par sa délicatesse... Certaines scènes paraissent limites affligeantes. Les jeunes acteurs articulent si mal qu'on comprend une phrase sur deux. Leur jeu n'est pas toujours à la hauteur sur certaines scènes.

Le film n'atteint pas le niveau des références Américaines comme Américan Pie mais vole plus haut que ses prédécesseurs en France.

Dans un éternel rôle de névrosé, Noémie Lvovsky illumine en mère encombrante qui pense que son fils se masturbe toute la journée. Emmanuelle Devos est craquante dans le rôle d'une principale désinvolte. Dans un petit rôle, on rencontre aussi Marjane Satrapi, la réalisatrice iranienne de Persepolis.

Le teen-movie français est quelque chose qui n'a plus jamais vraiment fonctionné depuis le succès de La Boum. Les beaux gosses allie la simplicité du scénario avec une réalisation très humaine. N'en déplaise à Mr Vendetta et son concept de Bogossitude.

Fiche Technique

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Réalisation : Riad Sattouf

Casting : Vincent Lacoste, Anthony Sonigo, Alice Tremolières, Julie Scheibling, Camille Andreys, Robin Duverger, Baptiste Huet, Simon Barbier, Irwan Bordji, Loreleï Chenet, Sihem Namani, Salomé Durchon, Louis Bankowsky, Victorien Rolland, Yanis Ait-Ali, Noémie Lvovsky, Irène Jacob, Emmanuelle Devos, Yannig Samot, François Hassan Guerrar, Valeria Golino, Marjane Satrapi, Jean-Pierre Haigneré, Jeannick Gravelines et Riad Sattouf

Durée : 90 min

Année de production : 2008

N° de visa : 114992

Date de sortie : 10 Juin 2009


20/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres