Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Les Trois Mousquetaires *

Les Trois Mousquetaires, le 12 octobre 2011 au cinéma **

Les Trois Mousquetaires de Paul W.S. Anderson

Synopsis


L'impétueux jeune d'Artagnan et ses trois légendaires compagnons, Athos, Porthos et Aramis vont devoir s'unir et combattre tous ensemble un mystérieux agent double, Mylady de Winter et son employeur crapuleux, le cardinal Richelieu, afin de les empêcher de s'emparer du trône français et d'éviter que l'Europe toute entière sombre dans la guerre.
Nouvelle adaptation en 3-D du roman "Les Trois mousquetaires" d'Alexandre Dumas...

L'Avis de Thibault

Les trois mousquetaires est une nouvelle adaptation du roman de Alexandre Dumas. On se livre ici à un viol organisé de ce pauvre Dumas qui n'a rien demandé à personne. Il n'y a rien de commun entre ce film américanisé en 3D de Paul W.S. Anderson et l'œuvre de Dumas si ce n'est les noms des personnages...

 

Paul W.S. Anderson est connu pour ses films d'action le plus souvent adaptés de jeux vidéo comme Resident Evil et Mortal Kombat. Au vu des états de service, le pire était attendu. Sa mise en scène est d'une grande balourdise, balayant d'un coup sec tout moment de romantisme et scène dramatique. On retrouve donc tous les styles qu'il croit cools : ralentis en pagaille, bastons à la sauce ninjas, bateaux volants... il en vient même à plagier sa propre scène de la pièce pleine de lasers de Resident Evil pour la refaire dans le contexte du film.  La 3d est à éviter, on perd trop en luminosité, ce qu'on ne gagne pas en relief.

 

Le scénario, décousu à l'extrême, lorgne souvent vers l'esprit de L'Agence Tous Risques au 17ème siècle. Anderson chute finalement dans l'anachronisme pur, chose exploitable uniquement quand on a du talent pour le mettre en scène. Les mousquetaires  se battent avec des armes un peu trop sophistiquées pour l’époque. Il place des scènes d'intérieur dans le château de Versailles sous Louis XIII  comme la Galerie des glaces construite sous Louis XIV. Le ballon qui tient le bateau ne prend pas feu lorsqu’il se fait toucher par un boulet de canon. A l'époque on savait mettre de l’Hélium qui n'explose pas. Quant aux clichés sur les français ils y sont tous : un roi efféminé, des mousquetaires bourrus, ivrognes et sans éducation.

 

La plupart des personnages ne sont pas assez approfondis. Si D'Artagnan est bien le vrai héros, les autres semblent n'être que des faire-valoir. Un comble pour ce casting de luxe. Certains sont niais à souhait comme Louis XIII, grotesque et efféminé et Constance, reléguée au rôle de blonde de service. Les méchants ne sont pas assez charismatiques. Tout est surjoué, rempli de clichés. Les combats sont d'une mollesse et d'une laideur. Le potentiel n'a pas été assez utilisé.

 

La direction d'acteurs n'a jamais été le point fort des films d’Anderson.  C'est la troisième fois que Paul W.S. Anderson dirige Milla Jovovich, sa femme depuis 2009, après Resident Evil et Resident Evil : Afterlife 3D. L’actrice se croit encore dans la suite de Resident Evil et assure à elle toute seule le potentiel nanardesque du film. La pauvre se tape tous les clichés éculés des scènes d'actions. Toujours aussi expressive qu'une statue de l'ile de Pâque, elle nous fait vraiment regretter le temps du Cinquième élément. Orlando Bloom campe ici le rôle du Duc de Buckingham aux fausses allures de Jack Sparrow dans sa manière de bouger. Voulant rompre avec son image d'éternel gentil, notamment instaurée par son personnage dans la saga Pirates des Caraïbes, le comédien a  l'air de s'être perdu dans les intentions du réalisateur. Christopher Waltz qui était sublime dans Inglourious basterds, incarne Richelieu. Il fait le strict minimum syndical. Oublié son image de petit minet dans Percy Jackson, Logan Lerman qui incarne d'Artagnan joue correctement. Il enchaîne donc les rôles ambitieux, au point d'être devenu l’un des jeunes acteurs hollywoodiens les plus demandés, tant pour des films indépendants que pour des superproductions.

 

Les trois mousquetaires ont été bien gravement pillés pendant quelques mauvaises versions Holywoodiennes. Paul W.S. Anderson nous offre donc un navet en détruisant le mythe. Les Trois Mousquetaires est décousu, incohérent, et sans ton épique. Le divertissement, seule chose qui survit au film, est parfois entaché par une intrigue grossière, qui, si elle avait reçu un autre traitement, aurait fait passer cette adaptation pour l'un des blockbusters de cette fin d'année. De toute évidence, une suite se prépare.



Fiche Technique

Genre : Aventure , Action , Romance

Nationalité : Française, Britannique, Allemande et Américaine

Réalisation : Paul W.S. Anderson

Interprètes : Logan Lerman, Milla Jovovich, Matthew MacFadyen, Ray Stevenson, Luke Evans, Mads Mikkelsen, Orlando Bloom, Christoph Waltz, Gabriella Wilde, James Corden, Juno Temple, Freddie Fox, Til Schweiger, Christian Oliver, Carsten Norgaard, Florian Brückner, Isaiah Michalski, Helen George et Gennadi Vengerov

Durée : 110 minutes

Année de production : 2011

Titre original : The Three Musketeers

Film pour enfants à partir de 10 ans

Attachés de presse : Etienne Lerbret et Anais Lelong

Date de sortie : 12 octobre 2011

Vous devriez aussi aimer : Les Trois mousquetaires, L'Homme au masque de fer ...
 
  


14/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres