Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Drive, le 8 février 2012 en DVD ***

Drive, le 5 octobre 2011 au cinéma ***

Drive de Nicolas Winding Refn

Synopsis


Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n'a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu'en conduisant - et au volant, il est le meilleur !
Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d'investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet.
C'est alors que la route du pilote croise celle d'Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n'est plus seul.
Lorsque le mari d'Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s'acquitter d'une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L'expédition tourne mal...
Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n'a dès lors pas d'autre alternative que de les traquer un à un...

L'Avis de Thibault

Récompensé à Cannes par le prix de la mise en scène 2011, Drive est avant tout un film d'ambiance, noir et intense, dont les rues de Los Angeles sont le théâtre et dont les enjeux se dessinent au fur et à mesure qu'avance l'histoire. Voilà un prix cannois qui n'a pas été volé.

Cascadeur le jour, aide aux braquages la nuit, le Driver oscille entre deux mondes différents. Mais suite à un braquage qui tourne mal, il n'a pas d'autre choix que de sortir de sa non-implication dans le crime. Mais les deux mondes ne pouvant être liés et afin de protéger ceux qu'il a appris à connaitre, le jeune homme solitaire devra faire un choix. Le prix de la tranquillité contre une vague de violence sans précédent.

Drive est le portrait d'un solitaire au volant, inspiré par Le Samouraï de Melville, dont la douceur apparente dissimule une violence à la limite du supportable. A l'origine de la trilogie Pusher, du singulier Valhalla Rising et du percutant Bronson, le réalisateur danois Nicolas Winding Refn nous offre un polar urbain stylisé, fortement influencé par le cinéma de Michael Mann et de David Lynch. On reconnait bien sa patte : un film hypnotique teinté de quelques fulgurances d'une violence brute et terriblement réaliste. L'introduction est un symbole de maîtrise, de construction d'univers, d'élaboration d'ambiance. Pas de caméras qui ont la bougeotte, pas de vacarme assourdissant, ni même de bla-bla. Tout est dans la pureté, dans l'esthétisme. Les plans aériens sur LA et les vues embarquées dans les courses poursuites évoquent de très près des images de Collatéral. La mise en scène est éblouissante, léchée, millimétrée, à la limite de l'insolence et frise la perfection. De plus, la photographie est époustouflante et les cascades de voitures sont hallucinantes de réalisme. Nicolas Winding Refn prouve que le genre série B ne se résume pas à un divertissement bête et testostéroné.

La captivante musique électro-pop de Cliff Martinez participe à cette plongée fantasmée et électrisante dans la psyché de ce pilote. Empruntée au 80's, elle ajoute une signature très personnelle à cette œuvre planante et envoûtante.

Loin de Crazy Stupid Love, Ryan Gosling est méconnaissable dans le rôle de gentil garçon tourmenté prêt à tout pour sauvez sa voisine dont il est tombé amoureux des mafieux qui ont assassiné son mari ex détenu. Son jeu est subtil, progressif et tout en finesse. Par son calme très avenant et sa propension à sombrer dans la violence extrême, l'acteur au regard bleu azur et à la prestance magnétique, évoque le personnage ambigu de Travis Bickle dans le mythique Taxi Driver de Martin Scorsese. Proche de l'excellence, il est vraiment l'acteur du moment. La douce Carey Mulligan donne un peu de matière romantique dans le chaos ambiant. Elle tient parfaitement sa place avec son personnage fragile.

Entre poursuites immersives, éclairs de violence fulgurante, ralentis iconiques et vision d'une mélancolie prégnante, le film de Nicolas Winding Refn est scotchant, tant il est envoûtant, saisissant, électrique et crépusculaire. Nicolas Winding Refn réinvente le thriller d'action. Un véritable petit bijou de mise en scène.

Fiche Technique

Genre : Action , Thriller

Nationalité : Américaine

Réalisation : Nicolas Winding Refn

Interprètes : Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Albert Brooks, Oscar Isaac, Christina Hendricks, Ron Perlman, Cesar Garcia, Sarah Adela Tirado, Tiara Parker, Christian Cage, James Biberi, River Stone Mckeever, Chris Muto, Wray Gould, Kaden Leos, Steve Knoll, Dieter Busch, Rachel Dik, Keiko "Cakes" Kawamura, Mara LaFontaine, Laurene Landon, Tina Huang, Jeff Wolfe, Chris Smith et Joe Pingue

Durée : 100 minutes

Année de production : 2011

Interdit aux moins de 12 ans

Attachées de presse : Céline Petit et Agnès Leroy

Date de sortie : 5 octobre 2011

Vous devriez aussi aimer : 60 secondes chrono, Pusher ...
 
  


16/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres