Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Hommage à Jean Bouise décédé le 6 Juillet 1989 : biographie et filmographie



Né le 3 Mars 1929 au Havre, diplômé de l'École supérieure de chimie de Rouen, Jean Bouise suit un stage de théâtre en 1950. Il rencontre Roger Planchon et participe à la naissance du Théâtre de la Comédie de Lyon. Il sera de l'aventure du Théâtre de la Cité de Villeurbanne, devenu le T.N.P. en 1972. Il jouera dans les pièces mises en scène par Roger Planchon, mais aussi dans les classiques du répertoire comme Tartuffe.

Il décroche son premier rôle au cinéma en 1962 dans L'autre Cristobal, d'Armand Gatti. Le film sera présenté au Festival de Cannes de 1963, mais jamais distribué en salle. Il sera ensuite le Capitaine Haddock dans Tintin et les oranges bleues de Philippe Condroyer aux côtés de Jean Pierre Talbot. De film en film, Jean Bouise devient un des incontournables seconds rôles du cinéma français. Il apparaît dans Z de Costa-Gavras où il incarne Georges Pirou. En 1970, il est François dans Les choses de la vie de Claude Sautet et le directeur d'usine où il retrouve Costa-Gavras dans L'aveu.

En 1974, il incarne le ministre dans Le Retour du grand blond d'Yves Robert. Un an plus tard, il mène l'enquête dans Dupont Lajoie d'Yves Boisset. Il est inoubliable dans Le Vieux Fusil de Robert Enrico et dans Monsieur Klein de Joseph Losey. Il retrouve Yves Boisset pour Le Juge Fayard en 1977. En 1979, dans Coup de tête de Jean-Jacques Annaud, il est le Président Sivardière qui dirige l'A.S. Trincamp. En 1980, il obtient le César du meilleur acteur dans un second rôle pour ce film.

En 1983, il est au générique d'Edith et Marcel de Claude Lelouch et incarne un docteur dans Le dernier combat de Luc Besson. Il devient par la suite l'un de ses acteurs fétiches qu'il retrouvera à trois reprises : chef de station dans Subway, oncle Louis dans Le Grand Bleu et attaché à l'ambassade d'URSS en France dans Nikita.

Son jeu retenu et nuancé, sa moustache fournie, sa voix profonde, ses petits yeux de myope masqués derrière des lunettes, le destinent souvent à des rôles inquiétants, mais également à des personnages pleins d'humanité, dans lesquels il s'avère particulièrement touchant.

Masquant sa maladie derrière sa bonne humeur (« Il a disparu sans qu'on s'en aperçoive », remarquait Luc Besson, dans son hommage), il décède le 6 juillet 1989 à l'Hôpital Léon-Bérard de Lyon, d'un cancer du poumon. Son dernier film, Nikita lui sera dédié.

Il était l'époux de la comédienne Isabelle Sadoyan.

Filmographie complète de Jean Bouise avec mes notes sur 20

Nikita (1990), de Luc Besson 17

La Révolution française (1989), de Robert Enrico 18

Le Grand bleu (1988), de Luc Besson 18


Un Été d'orages (1988), de Charlotte Brandström

De guerre lasse (1987), de Robert Enrico

Châteauroux district (1987), de Philippe Charigot

L'Eté en pente douce (1987), de Gérard Krawczyk 14

Dernier été à Tanger (1987), de Alexandre Arcady

Puissance de la parole (1987), de Jean-Luc Godard

Spirale (1987), de Christopher Frank

Jenatsch (1987), de Daniel Schmid

Zone rouge (1986), de Robert Enrico

La Derniere Image (1986), de Mohamed Lakhdar Hamina

Le Chemin d'Azatoth (1986), de Clément Delage

Subway (1985), de Luc Besson 15

Partir, revenir (1985), de Claude Lelouch

Strictement personnel (1985), de Pierre Jolivet

Au nom de tous les miens (1983), de Robert Enrico

La Bête noire (1983), de Patrick Chaput

Edith et Marcel (1983), de Claude Lelouch

Le Dernier combat (1983), de Luc Besson

Equateur (1983), de Serge Gainsbourg

Pas de repos pour Billy Brakko (1983), de Jean-Pierre Jeunet

Hécate (1982), de Daniel Schmid

Bluff (1982), de Philippe Bensoussan

Un Dessert pour Constance (1981), de Sarah Maldoror

Anthracite (1980), de Edouard Niermans

Un Neveu silencieux (1979), de Robert Enrico

Coup de tête (1979), de Jean-Jacques Annaud 17

Paco l'infaillible (1979), de Didier Haudepin

Un Papillon sur l'épaule (1978), de Jacques Deray

Les Routes du Sud (1978), de Joseph Losey

Les Petits câlins (1978), de Jean-Marie Poiré 12

Sale rêveur (1978), de Jean-Marie Périer

Mort d'un pourri (1977), de Georges Lautner 16

Le Point de mire (1977), de Jean-Claude Tramont

Le Juge Fayard dit le shérif (1977), de Yves Boisset

Mado (1976), de Claude Sautet

Monsieur Klein (1976), de Joseph Losey 18

Le Vieux fusil (1975), de Robert Enrico 18

Section spéciale (1975), de Costa-Gavras 16

Dupont Lajoie (1975), de Yves Boisset 17


Out 1 : Spectre (1974), de Jacques Rivette

La Brigade (1974), de René Gilson

Le Retour du grand blond (1974), de Yves Robert 14

Les Granges brûlées (1973), de Jean Chapot

L'Attentat (1972), de Yves Boisset

Les Caïds (1972), de Robert Enrico

Les Feux de la chandeleur (1972), de Serge Korber

Rendez-vous a Bray (1971), de André Delvaux

La Poudre d'escampette (1971), de Philippe de Broca

L'Aveu (1970), de Costa-Gavras

Les Choses de la vie (1970), de Claude Sautet 17

Les Camisards (1970), de René Allio

Out 1 : Noli me tangere (1970), de Jacques Rivette

Z (1969), de Costa-Gavras

L'Américain (1969), de Marcel Bozzuffi

La Guerre est finie (1966), de Alain Resnais

Avec la peau des autres (1966), de Jacques Deray

La Vieille dame indigne (1965), de René Allio

Tintin et les Oranges bleues (1964), de Philippe Condroyer 16

El Otro Cristobal (1962), de Armand Gatti


21/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres