Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Nos plus belles vacances, le 7 mars 2012 au cinéma *

Nos plus belles vacances, le 7 mars 2012 au cinéma *

Nos plus belles vacances de Philippe Lellouche

Synopsis


Juillet 1976, année de la canicule. Claude, juif d'Algérie arrivé en France quinze ans plus tôt, emmène sa jeune femme Isabelle, ses deux garçons et sa belle mère en Bretagne. C'est Isabelle, ayant pris Claude en flagrant délit d'adultère, qui a choisi pour les vacances le petit village où elle est née. Dès le lendemain de leur arrivée, Bernard et Bernadette, Jacky et Marie-France, deux couples d'amis, les y rejoignent. Au Rocher Abraham, ils sont accueillis avec méfiance par les autochtones à l'accent rugueux comme leurs mains... Principalement au café Pondemer, le café du village où les hommes se retrouvent. Juifs pieds-noirs, bretons catholiques, Parisiens, provinciaux... : la cohabitation n'est pas facile. Mais ce sont des hommes avant tout. Des vrais. Alors peu à peu, avec beaucoup d'humour, avec humanité, avec empathie, les choses vont évoluer, des liens se tisser... Le passé, les vieilles rancœurs, les inimitiés, seront balayés ! Laissant la place à l'amitié, aux émotions, aux amours de vacances... Des moments de vie qu'on n'oublie pas. Sentiments humains que chacun de nous connaît... Et le couple Claude-Isabelle qui se ressoude. Au Rocher Abraham, à vingt cinq kilomètres de la mer, même Bibou et Simon, deux frères complices, vont vivre un bel été. Leurs plus belles vacances ! Pour Simon surtout, qui va connaître ses premiers émois, son premier baiser, son premier amour.

L'Avis de Thibault

Après Julie Delpy et son Skylab qui nous faisait revisiter l'année 1979 sur fond de chronique familiale, c'est au tour de Philippe Lellouche de nous faire voyager dans le temps : son film, Nos plus belles vacances, retrace l'histoire d'une famille qui se retrouve le temps d'un été, en 1976. Pour son premier film, il opte, ô surprise, pour un long métrage autobiographique et des souvenirs d'enfance de vacances en famille.

Le film est simple mais très sincère. On sent que le réalisateur y a mis tout son cœur et cela transperce l'écran. Malheureusement cette sincérité n'arrive pas à cacher les clichés dont un assemblage sur les régions, le monde paysan, les rapports humains qui jurent. Rien ne nous est épargné : tous les clichés éculés y sont. Tous les personnages sont des caricatures lourdes et poussives, et ce jusque dans leur passé ; on passe en revue la guerre d'Algérie, la libération et les collabos...

Il n'y a pas vraiment de structure narrative claire. Le scénario est mince : une famille part en vacances dans une région que le mari, juif d'Algérie, ne connait pas. La bande d'amis est mal vu par les habitants, et tout le monde va devoir apprendre à se connaitre. Le film tire en longueur car le scénario est trop léger. Il manque un enjeu, une ampleur. L'idée du “juif d'Algérie” mal accueilli dans la France profonde, encore traumatisée par la guerre, est réchauffée. Quand à l'intrigue, tout ce qui se passe est téléphoné, des premiers battements de cœur du garçon à la réconciliation des parents. La tentative d'apporter un message politique au film est complètement raté.

Les situations sont déjà vu et qui fait passer les bretons pour des ploucs. La description de la Bretagne est déplorable. Par souci permanent de faire rire, le réalisateur abuse des accents. Les Bretons sont des attardés qui ne pourraient rien faire sans l'aide des parisiens ?!!! Le problème, c'est qu'il y a Le skylab qui est sorti quelques mois auparavant, sur la même idée et également en Bretagne. Même si il a aussi des défauts, le film de Julie Delpy est beaucoup plus intelligent.

Le jeu des acteurs est assez inégal. Le réalisateur tourne avec son équipe habituelle, Vanessa Demouy, Christian Vadim et David Brécourt. Gérard Darmon est toujours épatant même s'il joue toujours un peu le même rôle. Avec Vanessa Demouy, ils jouent un couple d'amis. Bruno Lochet en fait des tonnes, un peu excessif. David Brécourt est méconnaissable en idiot du village mais est assez lourd. Philippe Lellouche retrouve son frère, Gilles Lellouche, qui se charge pour l'occasion du commentaire en voix-off.

Le résultat sent le déjà-vu à plein nez. Si la morale de cette petite excursion familiale est que les préjugés peuvent être oubliés à grand renfort de d'altruisme fraternel, le reste de cette comédie ensoleillée est dénué de trame scénaristique et ne se compose que d'images négatives des deux communautés et d'une petite romance à l'eau de rose. Nos plus belles vacances est une caricature grotesque du cinéma français comique des années 70, et malheureusement on est en 2012... Comme un brouillon qui n'est pas abouti.

Fiche Technique

Genre : Comédie, Famille

Nationalité : Française

Réalisation : Philippe Lellouche

Interprètes : Philippe Lellouche, Julie Gayet, Gérard Darmon, Vanessa Demouy, Christian Vadim, Julie Bernard, Alain Doutey, Nicole Calfan, Jackie Berroyer, Bruno Lochet, Elisabeth Buffet, Arièle Semenoff, Isabelle Ferron, David Brécourt, Bernard Yerlès, Alexandre Brasseur, Jean-Michel Lahmi, Edwyn Penot, Solal Lellouche, Isaure De Grandcourt, Fanny Krich, Enna Balland, Paul Guillemot, Antoine Robert et la voix de Gilles Lellouche.

Durée : 94 minutes

Année de production : 2011

Attachés de presse : Dominique Segall et Laurence Falleur

Date de sortie : 7 mars 2012

Vous devriez aussi aimer : Le Skylab, Camping 2 ...
 
 
  


12/03/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres