Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Possessions, le 7 mars 2012 au cinéma *

Possessions, le 7 mars 2012 au cinéma *

Possessions de Eric Guirado

Synopsis


Marilyne et Bruno Caron arrivent dans un village de montagne pour emménager dans un chalet qu'ils ont loué à Patrick Castang, promoteur et propriétaire de nombreuses habitations dans la région. Contents de quitter le nord de la France pour démarrer une nouvelle vie, ils acceptent sans sourciller quand Castang leur annonce qu'il va les loger momentanément dans un autre chalet de grand standing car le leur n'est pas terminé. S'ensuivra alors une succession de déconvenues qui va les conduire à déménager de nombreuses fois, avec le sentiment grandissant d'être traités sans aucune considération, alors même que les Castang multiplient patiemment et avec bienveillance les efforts envers eux. Les relations entre les deux familles vont se tendre. Bruno et Marilyne Caron ne supportent plus d'avoir sous leurs yeux le bonheur et l'abondance de biens des Castang.
Leur amertume, alimentée par la jalousie, l'envie et la frustration, finira par devenir de la haine.

L'Avis de Thibault

5 ans après Le fils de l'épicier, Eric Guirado revient avec une histoire tiré d'une histoire vraie en 2003, l'affaire Flactif ou La Tuerie du Grand Bornand. Le film relate la disparition et le meurtre d'un promoteur immobilier, de sa femme et de leurs deux enfants. Possessions est un film sur l'envie, sur la jalousie, sur la frustration. Malheureusement, Eric Guirado, si convaincant dans la tendresse et la justesse du fils de l'épicier, n'est pas fait pour la noirceur de ce crime.

Quitter la ville et changer de vie pour s'installer à la montagne dans un beau chalet est une démarche bien alléchante. Mais quand on se retrouve victime de promoteurs immobiliers sans scrupules qui vous roulent dans la farine, et que l'on est à la fois naïf et fragile, tout peut tourner au drame. Doit-on succomber à la violence quand on n'a pas ce que l'on veux ?

La mise en scène est paresseuse et poussive, digne d'un téléfilm de France 3 Rhône-Alpes. Elle semble chercher un style. Les personnages sont poussés jusqu'à la caricature surtout le couple Rénier-Depardieu dont la beaufitude finit par agacer tandis que les bourgeois sont montrés trop lisse sans réels défauts. Le scénario n'a pas été très fouillé et les dialogues sonnent faux. Certaines scènes n'ont pas d'aboutissements. La revente des GPS, le feu dans un chalet ? Un film qui manque de rythme. Possessions se concentre sur la psychologie des personnages qui paradoxalement me semble juste effleurée. Alors que le film est sur le mode très lent, la jalousie m'a semblé être montrée trop rapidement pour être crédible. Le film ne décolle jamais.

Que voit-on à l'écran? Toute une série de clichés qui alourdissent considérablement le propos. Les pauvres sont moches, boivent de la bière, n'ont aucune culture et sont mal élevés. Ils ont des voitures qu'ils tunisent à mort, ils ont des enfants qui perturbent les classes et arrondissent leurs fins de mois en revendant des GPS tombés du camion. En opposition, les riches sont souriants, boivent du champagne à gogo, tirent des feux d'artifice et roulent en 4x4 haut de gamme. S'ils sont si sympas, c'est que ce sont des arnaqueurs qui ont des choses louches à cacher. L'argent étalé camoufle bien sûr des agissements plus opaques.

Le casting assez intéressant mais pas toujours convaincant. Jérémie Renier n'est vraiment pas convaincant en ch'ti. Avec dix-huit kilos en plus, il pousse même la transformation physique à la bedaine qui pendouille par-dessus la ceinture. Julie Depardieu est beaucoup moins convaincante que d'habitude. Elle a beau froncer les sourcils pour dire combien elle est jalouse, on n'y croit pas beaucoup. On peut reprocher un peu de surjeu de la part du couple Caron. Incroyable de justesse et de sensibilité dans Les infidèles, Alexandra Lamy m'impressionne de plus en plus. Elle respire la sincérité dans tous les rôles qu'elle a en ce moment. Par contre, son personnage n'est pas vraiment exploité. Dommage !

Un film inutile qui tente de nous montrer que la jalousie et l'envie, résultante de la société de consommation, conduisent au meurtre sordide d'une famille entière. La faute à une tension dramatique modeste et une atmosphère sans grande angoisse, Eric Guirado n'obtient pas la noirceur attendue par le spectateur. En fait, il aurait fallu un Michaël Haneke pour traiter un tel sujet.

Fiche Technique

Genre : Drame, Thriller

Nationalité : Française

Réalisation : Eric Guirado

Interprètes : Jérémie Renier, Julie Depardieu, Lucien Jean-Baptiste, Alexandra Lamy, Benoît Giros, Ludmila Ruoso, Ludovic Berthillot, Alain Blazquez, Brice Fournier et Cédric Vieira

Durée : 98 minutes

Année de production : 2012

Attachée de presse : Agnès Chabot

Date de sortie : 7 mars 2012

Vous devriez aussi aimer : La Fille coupée en deux, Bellamy ...
 
 
  


18/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres