Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Potiche, le 16 mars 2010 en DVD ***

Potiche, le 10 novembre au cinéma ***

Potiche de François Ozon

Synopsis


En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l'épouse popote et soumise d'un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d'une main de fer et s'avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu'avec ses enfants et sa femme, qu'il prend pour une potiche. À la suite d'une grève et d'une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l'usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d'action. Mais lorsque Robert rentre d'une cure de repos en pleine forme, tout se complique...

L'Avis de Thibault

L'éclectique et productif François Ozon est un peu, toutes proportions gardées, notre Woody Allen français. Il sait alterner les films graves (Le temps qui reste, Le Refuge) et les films comiques (8 femmes). Pour Potiche, le réalisateur est revenu à un genre qu'il maîtrise sur le bout des doigts : le vaudeville boulevardier, adapté d'une pièce de boulevard de Barillet et Gredy en 1980.

Potiche nous plonge au cœur d'une famille bourgeoise du Nord en pleine année 1977, située à mi-chemin entre le premier choc pétrolier et l'élection de François Mitterrand. François Ozon s'offre le luxe d'une satire politique en forme de réclame seventies. Il signe de nouveau (et il en a l'habitude) un film faisant honneur à la Femme et son émancipation dans la société. On y retrouve sa marque de fabrique. Dans l'écriture bien sûr, avec un féminisme affirmé. Les dialogues sont très biens travaillés et les répliques cinglantes et savoureuses font mouche comme celle entre Babin et Suzanne Pujol : : « Mais Mme Pujol, vous pouvez pas vous présenter aux ouvriers habillée comme ça ! » « Vous trouvez que ça fait trop avec les bijoux ? Mais enfin, c'est tout de même grâce à eux que j'ai tous ces beaux bijoux. Ils ont le droit d'en profiter, après tout ». Un régal.

Film de tous les conflits, sociaux, familiaux, idéologiques, oscillant entre les mauvaises manières soft d'un John Waters et pure comédie française des 70's, Potiche affiche un mauvais goût assumé et adulte. Cet aspect du film, rappelle par plusieurs côtés les audaces de Jacques Demy à travers les couleurs, les sentiments et les chansons. Les allusions aux Parapluies de Cherbourg sont flagrantes. La nostalgie imprègne l'écran avec une ambiance totalement seventies volontairement appuyé comme dans Gouttes d'eau sur pierres brûlantes. Potiche nous est vendue comme une caricature grotesque du patronat et de l'électorat de droite, avec une morale bien-pensante à l'arrivée. Les références aux deux finalistes des dernières élections présidentielles sont claires et judicieusement injectées, tout comme le projet de compression de personnel et de délocalisation. Le film manque cependant de rythme. Le fond aurait pu être un peu plus acide et subversif, surtout qu'il y avait de la matière.

Le compositeur Philippe Rombi s'est inspiré des bandes-originales des années 70, notamment celles de Vladimir Cosma et Michel Magne mais aussi des compositions de Krishna Levy dans 8 femmes du même Ozon. Quand à l'utilisation de la chanson Emmène-moi danser ce soir par Michèle Torr, il s'agit de la chanson la plus vendue en 1977 et qui évoque également le personnage de Suzanne.

Les acteurs sont tous excellents. Catherine Deneuve signe son meilleur rôle depuis longtemps. Elle y est extraordinaire de charme et de beauté et sait délicieusement se jouer de son image. S'inspirant de Blanche Neige et de Ségolène Royal, elle déploie une palette très étendue, épouse bafouée, femme de tête, politicarde, ex-nymphomane, en gardant toujours un maintien absolument parfait et un positivisme renversant. La voir faire son jogging en minaudant, incarner la parfaite maîtresse de maison, puis se muer en femme ambitieuse et moderne est déjà prometteur. Elle mérite le César de la meilleure actrice haut la main et prouve, que la comédie fait également partie de son registre ! Gérard Depardieu est savoureux dans son rôle de député-maire communiste au grand cœur. A mille lieux de ses dernières déclarations sur les grévistes, il donne un parfum de drôlerie. Malgré ses 150 kilos, François Ozon a su capter chez l'acteur des charmes insoupçonnés. Son embonpoint augmente dramatiquement à chaque film mais l'émotion qu'il porte sur son visage à la fin est parfaitement maîtrisée. Ozon revisite le mythe Depardieu- Deneuve. On pense au dernier métro de François Truffaut ou à Je vous aime de Claude Berri. Une alchimie se crée. Mais le plus fort de tous, comme souvent, c'est Fabrice Luchini. On ne lui donne pas souvent l'occasion de jouer les méchants au cinéma alors qu'il fait ça à la perfection. Parfaitement en phase avec son personnage, goujat archétypal plein de cynisme, il est irrésistible. Son association avec Karin Viard est très plaisante. Karin Viard, en secrétaire très dévouée, est fidèle à son talent comique. Judith Godrèche, en fausse féministe poseuse mais vraie réac, est très forte pour faire la cruche. Elle est parfaite en peste de droite, la réincarnation de Farrah Fawcett, avec son brushing blond cendré et son sourire ultra bright. Jérémie Renier, en artiste homosexuel refoulé, est très convaincant. Sa façon de distiller des indices sur sa sexualité est bien trouvée. Il fera un Claude François formidable. Elodie Frégé, Bruno Lochet, Sergi Lopez et Pierre Barillet complètent la distribution.

Un film qui fait mouche par sa faculté à émanciper la femme, à brocarder le pouvoir masculin et à critiquer les politiques. François Ozon signe ici non pas une joyeuse comédie de boulevard mais bien un film politique et féministe. Il nous offre une vision kitch, grâce à de superbes jeux de couleurs et une bande son jouissive, de la lutte des classes et du combat féministe des années 70 que ses dialogues, aussi intelligents qu'hilarants, nous renvoient à notre actualité. Potiche ou quand la femme prend le pouvoir.

Fiche Technique

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Réalisation : François Ozon

Interprètes : Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Fabrice Luchini, Karin Viard, Jérémie Renier, Judith Godrèche, Evelyne Dandry, Elodie Frégé, Sergi López, Bruno Lochet, Pierre Barillet, Sinead Shannon Roche, Gautier About, Jean-Baptiste Shelmerdine, Noam Charlier et Martin De Myttenaere

Durée : 103 minutes

Année de production : 2009

Attachés de presse : André-Paul Ricci, Tony Arnoux et Rachel Bouillon

Date de sortie : 10 novembre 2010
 
 


13/11/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres