Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Le refuge ***

 
Le Refuge de François Ozon

Synopsis


Mousse et Louis sont jeunes, beaux et riches, ils s'aiment. Mais la drogue a envahi toute leur vie. Un jour, c'est l'overdose et Louis meurt. Mousse survit, mais elle apprend qu'elle est enceinte. Perdue, elle s'enfuit dans une maison loin de Paris. Quelques mois plus tard, le frère de Louis la rejoint dans son refuge.

L'avis de Thibault

Avant son adaptation de Potiche, François Ozon revient un an après son magnifique Ricky, avec un nouveau drame Le Refuge, un film fort sur la perte de l'être aimé, le deuil, la maternité et la renaissance.

Enfin un personnage de femme enceinte au cinéma pour qui tout n'est pas rose bonbon. François Ozon a tourné ce film car il avait le désir de filmer et de sublimer une femme enceinte. Trois périodes de la vie de Mousse, une femme à la charnière la plus importante de son existence. Trois parties bien distinctes. La déchéance, moment fort et sombre, qui préconise, à tort, un film austère et rude. La renaissance avant, la naissance ensuite. Auprès de son beau-frère, Mousse réapprend à vivre tant bien que mal. On se dit que la rédemption n'est pas loin. Enfin la naissance et le départ d'une nouvelle vie.

Après la mort de son petit ami, elle quitte le refuge de la drogue pour trouver un autre refuge, loin de la ville, proche de l'océan et de la nature dans lequel elle va recevoir des coups, mais aussi réussir à se réconcilier avec elle-même. On comprend que si elle décide de garder le bébé c'est pour continuer à vivre, lui donner en quelques sortes une raison de vivre et d'arrêter la drogue. C'est aussi un film sur comment on vit avec un manque : le manque de drogue, le manque d'amour, le manque de l'autre. Mousse et Paul sont deux marginaux qui ont un problème d'identité. Ils n'ont rien à faire ensemble et ne devraient pas se rencontrer, pourtant ils vont se faire du bien et se révéler. Un duo de tendresse, de fragilité et d'émotions, un souffle de vie et de paix.

Il part de l'obscurité vers la lumière, de la mort vers la naissance, à travers une construction scénaristique déjà en vigueur dans 5X2. Ce qu'il raconte c'est la même histoire de fantôme que Sous le sable. Ici, la femme endeuillée voit la réincarnation de son mari mort dans les yeux d'un proche. La figure du double et donc du manque est présent à chaque plan. Les thèmes chers d'Ozon sont tous présents : l'amour, la maternité, la famille et le deuil. Réalisé en très peu de temps, cela ne retire rien à la qualité du film. La réalisation est sobre et efficace, les émotions sont bien transmises.

Le film repose sur le personnage de Mousse merveilleusement interprété par Isabelle Carré, enceinte de sept mois au moment du tournage. Pleine de retenue et de délicatesse, elle incarne une deuxième fois après Mercredi, folle journée ! une héroïnomane à la dérive. L'actrice de tous les plans capte toute la lumière. On la redécouvre sous différentes facettes. Forte, fragile, agaçante, à la dérive, aimante ou égoïste, elle passe par tous les stades. Pour jouer le rôle masculin principal face à Isabelle Carré, François Ozon a fait appel à un débutant, Louis-Ronan Choisy. Celui-ci se révèle insipide et fade. Le jeune comédien est bien meilleur en tant que compositeur du film. Sa musique est mélancolique, tendre et entêtante. François Ozon retrouve Melvil Poupaud, le héros du Temps qui reste, qui interprète le compagnon d'Isabelle Carré. A noter que l'actrice rohmérienne Marie Rivière surgit au bord de la plage, comme si elle sortait d'une nouvelle vague de souvenirs. Jérôme Kircher et Emile Berling figurent eux aussi au casting du Refuge.

En choisissant de filmer Isabelle Carré enceinte de 7 mois, François Ozon nous livre un film à la fois sombre et lumineux. Une histoire forte, dure et douce à la fois. Un drame émotionnel et un hymne à la vie.

Fiche Technique

Genre : Comédie dramatique

Nationalité : Française

Réalisation : François Ozon

Casting : Isabelle Carré, Louis-Ronan Choisy, Pierre Louis-Calixte, Melvil Poupaud, Claire Vernet, Jean-Pierre Andreani, Marie Rivière, Jérôme Kircher, Nicolas Moreau, Emile Berling et Maurice Antoni

Durée : 90 min

Année de production : 2009

Attachée de presse : André-Paul Ricci

Date de sortie : 27 janvier 2010
 
 
 
 
 


29/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres