Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Séance de rattrapage : Un baiser papillon *

Un baiser papillon, le 1 juin au cinéma *
 
Un baiser papillon de Karine Silla

Synopsis


Billie et Louis ont la chance de s'aimer passionnément et d'avoir une famille. Jusqu'au jour où une terrible nouvelle vient faire basculer leur existence et celle de leurs proches. Marie, l'amie de Billie, sa confidente et comédienne reconnue, redouble d'acharnement pour donner la vie tandis qu'Alice son infirmière, combattante pour la liberté, lui maintient que la vie « c'est maintenant et dans l'instant ». C'est un film, sur l'amour, sur l'espoir et sur la certitude que la force de la vie, malgré les plus dures épreuves, reprendra toujours le dessus.

L'Avis de Thibault

Premier long-métrage pour Karine Silla-Perez qui s'est attelée à un drame choral traitant pour sujet principal des femmes à travers trois destins tragiques.

L'histoire élabore le portrait d'une femme mourante qui refuse d'avouer sa maladie à sa famille, par peur de perdre ces moments présents, redoutant le changement des autres. En parallèle, il y a son infirmière quotidienne qui ne dort plus à cause de son fils terrorisé par l'obscurité, et une amie proche, célèbre actrice de théâtre qui réussit à avoir tout ce qu'elle veut, sauf l'essentiel, à savoir un enfant. Ces vies entrecroisées ressassent une ignorance effrayante. De quoi est constitué le futur? Et comment faire pour profiter de ce qu'on a, du moment présent?

Voilà un film choral qui tombe dans le piège du collage, sans qu'un lien narratif construit vienne apporter la cohérence nécessaire. Ce film est trop riche, trop copieux. Ca part dans tous les sens : le cancer, l'infidélité, l'envie d'un bébé et rien n'est traité à fond. Il n'y a aucune profondeur dans toutes ces histoires qui s'entrecroisent et qui laissent difficilement le temps de rentrer dans l'émotion. Les histoires de tous les personnages ne sont pas assez approfondies. Ce film n'engendre pas l'empathie. Certaines parties sont intéressantes mais le scénario manque cruellement de rythme et d'intérêt. Il se déroule de manière bien décousu. Une certaine impression de survol finalement.

Un point positif repose sur la photographie du film qui est splendide, présentant un large code de couleurs selon les lieux représentés et une image flou pour évaporer le regard du spectateur. Cela donne une vraie respiration au film. Angelo Badalamenti signe la musique du film. Ce compositeur est un fidèle collaborateur de David Lynch et de Jean-Pierre Jeunet. Bien que répétitive, la musique est assez belle.

Les rôles sont tous à la limite de l'hystérie collective. Au cœur de ce film choral, on retrouve tous les membres de la famille de la réalisatrice, à commencer par son suisse de mari Vincent Perez, pas convaincant et leur fille Iman Perez, 12 ans, qui campe le rôle de Fleur. Histoire de famille donc... Gérard Depardieu incarne le proviseur d'un lycée et partage la scène avec sa fille de 19 ans Roxanne Depardieu qu'il a eu avec Karine Silla. Si Iman semble vouloir se forger une future carrière d'actrice, Roxane quant à elle, semble un peu ailleurs et donc peu convaincante. Edith Scob est merveilleuse comme d'habitude et Nicolas Giraud confirme que depuis Liberté Oléron en 2001, il a fait du chemin.

Ce film, plein de poncifs, manque d'envergure. La réalisatrice montre pourtant un réel savoir faire et mérite qu'on lui offre d'autres opportunités.

Fiche Technique

Genre : Comédie dramatique

Nationalité : Française

Réalisation : Karine Silla

Interprètes : Vincent Perez, Valeria Golino, Elsa Zylberstein, Nicolas Giraud, Jalil Lespert, Cécile de France, Roxane Depardieu, Iman Perez, Véronica Novak, Edith Scob, Serge Hazanavicius, Jolhan Martin, Catherine Hiegel, Nicolas Le Riche, Joséphine Berry, Jean-Paul Bonnaire, Isabelle Sadoyan, Laure Duthilleul, Jimmy Jean-Louis, Firmine Richard, Gérard Depardieu, Camille Thomas, Abdellah Moundy, Alaa Safi, Anton Yakovlev, Chloé Marcq, Bakary Sangaré, François Clavier, Sébastien Deux, Jean-Luc Borras, Benjamin Bellecour et Van Brabant

Durée : 101 minutes

Année de production : 2010

Attachés de presse : Dominique Segall et Grégory Malheiro

Date de sortie : 1 juin 2011

Vous devriez aussi aimer : Paris, La tête de maman...
 
 


26/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres