Le cinéma de Thibault

Le cinéma de Thibault

Mères et filles, le 16 février 2010 en DVD ***

 
Mères et filles de Julie Lopes-Curval

Synopsis


Trois femmes, trois générations.
Dans les années 50, Louise a quitté le domicile conjugal alors que ses enfants étaient encore jeunes. Elle n'a plus donné signe de vie. Sa fille Martine est restée dans la petite ville de bord de mer où elle est devenue médecin. Aujourd'hui Audrey, la fille de Martine, la trentaine indépendante, revient rendre visite à ses parents. Elle va trouver par hasard un cahier ayant appartenu à sa grand-mère, un journal qui pourrait enfin expliquer son départ. Éclaircira-t-il les non-dits qui altèrent depuis toujours les relations au sein de la famille ?
Audrey y trouvera-t-elle les réponses aux questions qu'elle se pose sur son propre avenir ?

L'avis de Thibault

Mères et filles est le troisième long métrage de la réalisatrice Julie Lopes Curval après Bord de mer et Toi et moi. Elle filme le portrait sobre de trois générations de femmes avec, comme décor le cadre exceptionnel du bassin d'Arcachon coté ouest.

Dans les années 50 la Française mariée peut légalement ouvrir seule un compte en banque, mais il est en pratique presque toujours demandé l'autorisation du mari, et c'est une loi de 1965 qui lui accordera le droit de travailler sans restriction. Louise est totalement inféodée à Gilles son mari qui la couvre de cadeaux, mais lui refuse toute indépendance : elle doit rester chez elle, et s'occuper de ses enfants, Martine et Gérard. Elle retire un jour de la banque les économies communes (Gilles avait enfin ouvert un compte joint) et disparaît à jamais. Martine ne lui a jamais pardonné, et cette douleur immense l'a constituée d'une grande dureté envers ses proches. Sa fille, Audrey, lasse d'en faire les frais, est partie depuis 10 ans aussi loin qu'elle le pouvait, au Canada, là où Martine, qui refuse de prendre l'avion, ne lui rendra jamais visite. Mais le décès de Gilles va être l'occasion pour Audrey de revenir en France : elle n'a pu se rendre aux obsèques et se fait un devoir de renouer avec ses parents, surtout avec sa mère, qu'elle suppose effondrée par la mort de ce père qui les a élevés seul, son frère et elle, après l'abandon de Louise. Le hasard va faire tomber Audrey, en pleine crise personnelle, réfugiée dans la maison de son grand-père pour échapper à l'hostilité de sa mère, sur une sorte de journal intime rédigé par la fugitive, et qu'elle a curieusement laissé derrière elle, accompagné des fonds retirés à la banque.. Un passé vieux de 50 ans va resurgir, qui bouleversera la relation Martine/Audrey autour de la révélation d'un lourd secret de famille.

Le film mène une réflexion intelligente sur la famille. Les désirs de ces femmes et leurs destins mêlés sont traités avec beaucoup de délicatesse. Le secret de famille est traité d'une manière sobre et sensible. L'émotion est constamment à fleur de peau et un certain suspens nous tient jusqu'au bout.

La réalisation est très poétique. Le film prend le temps de nous montrer le décor, les personnages et du coup nous emporte vraiment dans un univers. La mer est bien utilisée, bien filmée et essentielle dans le film : elle représente l'intensité, le vide, l'immensité, la difficulté, la violence, l'échappement et le refuge. L'idée de la grand-mère transparente, en filigrane, est bien trouvée. Les plans sont d'une beauté rare et la lumière est enivrante. Julie Lopes Curval confirme son talent.

Les trois actrices sont exceptionnelles et talentueuses.

Marina Hands est une actrice qui de film en film montre l'étendue de son talent. Elle est ici à la fois légère et profonde, forte et fragile, à l'image de cette jeune femme, dernier maillon d'une lignée de femmes, en attente à son tour de transmettre la vie, et surtout de transmettre un passé qui n'est pas "passé", bloqué par une absence dont elle s'évertue à retrouver les traces dans la maison de famille. Sublime comme d'habitude. Catherine Deneuve surprend une nouvelle fois. Elle retrouve un naturel et une sincérité et est profondément touchante. Le duo fonctionne très bien et certaines confrontations entre elles deux sont particulièrement réussies. Marie-Jozée Croze en grand-mère fantomatique, est rayonnante et bouleversante. Elle s'illustre dans chaque rôle, tant elle est méconnaissable et surprenante à chaque fois. Michel Duchaussoy est d'une tendresse infinie.

Julie Lopes Curval nous livre un film dense et chaleureux sur les relations Mères/Filles. Trois beaux portraits de femmes où les fêlures et les incompréhensions génèrent conflits et tensions.

Fiche Technique

Genre : Comédie dramatique

Nationalité : Française

Réalisation : Julie Lopes-Curval

Casting : Catherine Deneuve, Marina Hands, Marie-Josée Croze, Michel Duchaussoy, Jean-Philippe Ecoffey, Carole Franck, Eleonore Hirt, Gérard Watkins, Romano Orzari, Nans Laborde Jourdaa, Meriem Serbah, Louison Bergman, Arthur Lurcin et Manon Percept

Durée : 105 min

Année de production : 2009

Attachée de presse : Karine Ménard et Laurence Granec

Date de sortie : 7 octobre 2009
 


16/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres